Le temple Besakih : un temple à part


Le fameux temple Besakih… C’était, et de loin, la visite la moins agréable de tout le voyage. Pourtant on était prévenus par le Lonely Planet avec un descriptif de ce genre : « Beaucoup de personnes ont été déçues par la visite de ce temple à cause des personnes qui vous harcèlent/très insistantes pour vous extorquer de l’argent pour accéder à ce temple. » Nous étions donc avertis. Même notre chauffeur nous a dit de ne pas prêter attention à ces personnes, car ils avaient un « bad-karma ».

Donc après la lecture de ce petit descriptif plutôt défavorable sur le guide, nous avons pu lire le même type de commentaires sur des forums et des blogs. On a pensé que certains commentaires étaient sûrement exagérés, comme c’est souvent le cas sur internet quand les gens sont déçus. Surtout qu’une fois arrivés sur place, on ne se doute pas qu’une si mauvaise expérience peut se produire.

Comme « un homme averti en vaut deux », on va prendre le temps de vous expliquer comment ça se passe.

Tout d’abord, l’accès en voiture / scooter se situe à l’entrée d’un village où se trouve un parking. On vous indique alors qu’il faut marcher une petite quinzaine de minutes pour pouvoir arriver à l’entrée du temple. Habituellement, l’accès pour les étrangers passe par l’achat d’un ticket d’entrée pour la modique somme de 12 000 – 15 000 IDR (même pas 1€). Pour le temple Besakih, il y a une sorte de mini refuge avec pas 1 mais 6 Balinais à l’intérieur. Nous nous sommes donc tout naturellement dirigés vers ce lieu sous les regards insistants de ces personnes. Nous pensions acheter un ticket d’entrée à prix « normal » si c’était nécessaire.

Le Lonely Planet nous avait bien indiqué que l’accès était gratuit, mais que certains Balinais profitaient de la présence des touristes pour leur faire sortir le portefeuille. Une sorte de mafia locale. Bon, en soit ok pour un don ou un ticket d’entrée, mais là, ces messieurs dans leur petit stand nous indiquent avec un ton, au départ, plutôt « raisonnable », que l’accès au temple fonctionne par un système de dons. Ils nous disent alors qu’un don doit être de 150 000 IDR minimum par personne (environ 10€, soit une nuit en homestay avec un petit déjeuner à Ubud !). Une somme bien loin des 15 000 IDR/personne qu’on paye dans la plupart des autres temples.

Preuve à l’appui, il montre un cahier représentant les différents dons et les signatures des soi-disant donateurs (avec des écritures bizarrement assez ressemblantes). On peut voir des dons complètement irréels allant jusqu’à 300€ et pas un seul sous les 50€… Là, ça nous fait un peu sourire.

On leur dit qu’on sait que c’est gratuit et qu’on remettra un don à la fin de la visite si tout se passe bien. Le ton commence à monter du côté de nos interlocuteurs.

Nous n’avions encore jamais vu de Balinais ou d’Indonésien énervé, aucun signe d’agacement ou de mécontentement pendant tout notre séjour. C’était donc une situation très inhabituelle.  Ces messieurs ont commencé très sérieusement à s’énerver et étaient prêts à se lever pour nous empêcher d’avancer. Ils haussent le ton d’un cran supplémentaire et me font les gros yeux (autant faire peur et intimider la jeune demoiselle ahah). On aurait dit que ça avait duré une éternité.

Enfin, nous arrivons à passer et nous lui promettons que nous reviendrons faire un don si tout se passe bien. On commence enfin à marcher vers le temple. Ce jour-là, il y avait une cérémonie et beaucoup de locaux étaient présents.

On se dirige vers l’entrée du temple pour monter les escaliers, une autre personne vient vers nous. Elle nous dit qu’on n’a pas le droit de monter pas la porte d’entrée principale sans être accompagnés. Décidément, ils sont très acharnés et très organisés. Il nous propose alors de nous faire entrer moyennant de l’argent.

A ce moment-là autant vous dire que nous étions déjà bien saoulés alors qu’on adoptait la cool attitude de Bali.

Nous perdons encore une dizaine de minutes à dire que nous n’avons pas besoin de lui. Il nous indique de passer par la porte de droite au lieu de la principale. On essaye alors sa solution, mais évidemment, l’escalier ne nous mène nulle part… Je pense qu’ils doivent bien se marrer à envoyer balader les touristes 😉

On se dit qu’il s’est bien foutu de nous, on redescend. On rigole à moitié parce qu’ils sont quand même forts. Avec tout ce bazar, on avait déjà perdu une demi-heure. Hyper décidés on décide de passer par l’entrée principale tout essayant d’ignorer les menaces / vocifération de notre relou de service.

Bien sûr, il arrive à semer un doute concernant les réelles conditions d’entrée qui auraient récemment changé, et on ne voulait pas nuire aux Balinais ou manquer de respect aux lieux. Surtout qu’il n’arrêtait pas de nous parler assez fort devant tout le monde, le genre de truc pour nous rendre mal à l’aise. On pose le pied sur la dernière marche avant d’entrer dans le temple et il nous intercepte pour éviter d’aller plus loin. Et voilà les négociations commencent.

Nous étions tous les deux avec un japonais que nous avions rencontré en début de journée. Le relou nous propose les services d’un jeune homme pour nous accompagner, nous donner quelques indications sur le lieu et de ce fait le droit d’entrer. De mémoire on avait réussi à négocier 300 000 IDR pour tous les trois (un peu de 7€ par personne). Le relou veut encaisser mais on préfère donne l’argent au jeune homme. On apprend pendant la visite qu’il a 15 ans.

Pour se consoler – d’une certaine façon – on se dit qu’au moins, même si on se doute bien que l’harceleur va lui en reprendre la moitié, le jeune homme touchera un peu d’argent. Et là hop ! Discrètement, le jeune donne tout l’argent au relou.

Donc assez irrités nous commençons vraiment cette visite. On reprend petit à petit notre calme, ce n’était pas la peine d’être désagréable avec le gamin et du coup de ne pas prêter attention à la visite. Le Japonais qui nous accompagnait avait plus eu peur qu’autre chose et se reposait sur nous car il ne parlait pas vraiment anglais et ne connaissait aucun mot de bahasa.

A la fin de la visite, on discute un peu avec le jeune guide, il nous dit qu’il ne percevra aucun argent… Est-ce qu’il dit ça pour avoir un pourboire ? On ne sait pas… Voilà pour la petite histoire.

Donc, oui le temple Besakih est superbe, il offre une vue vraiment impressionnante. Il y a plein d’ensembles de temples qui diffèrent les uns des autres. Certains, par exemple, ont été édifiés à partir de roches volcaniques. Le fait de pouvoir prendre de la hauteur permet d’avoir une belle vue d’ensemble. Par contre, il faut vraiment être motivé pour y aller sans vous ruiner et réellement profiter.

Retrouvez également notre top des temples à voir absolument à Bali !

Cet article vous a plu ? Un petit coup de pouce nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Hallucinant ! pfff, c’est fou cette histoire 🙁

  2. Les choses ont changé depuis peu. Désormais, l’entrée est de 60k IDR et inclut un guide (à qui vous pouvez laisser un pourboire à la fin mais sans obligation) et la montée en scooter du parking jusqu’au temple (pas la descente par contre, mais c’est à 10mn à pied). Il ne vous est rien demandé en plus pendant la visite (à part quelques enfants vendant des cartes postales ou des locaux vendant des parapluies mais rien de bien insistant).
    J’avais lu beaucoup de commentaires négatifs sur ce temple. Notre chauffeur nous a dit que les choses étaient différentes maintenant, j’avais du mal à le croire mais j’ai vraiment été agréablement surprise !!

    • Alors ça c’est une bonne nouvelle !
      Merci pour ces informations. C’est une bonne chose que ça ait changé, j’espère que beaucoup d’autres touristes pourront visiter ce site incroyable dans de bonnes conditions 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *