Le guide pratique pour visiter Tayrona


par

Le parc Tayrona est un parc national colombien dont nous avons souvent entendu parler au cours de notre long voyage en Amérique du Sud. Les voyageurs ayant déjà visité la Colombie ne tarissaient pas d’éloges sur le parc Tayrona. Il s’agit d’un parc au nord de la Colombie à l’est de Santa Marta, sur la côte Caraïbe. Il s’étend sur 15 000 hectares dont 3 000 hectares sont maritimes. Le parc Tayrona compte une biodiversité impressionnante avec plusieurs centaines d’espèces animales et plusieurs autres centaines d’espèces végétales. C’est aujourd’hui le 2ème parc national colombien le plus visité. On vous parle de notre expérience, de notre itinéraire dans le Parc Tayrona et on vous donne de nombreux conseils pratiques qu’on aurait bien aimé connaître avant d’y aller. Si vous voulez tout de suite passer aux conseils pratiques, ça commence ici.

Notre carte du parc Tayrona

Voici une carte du parc Tayrona avec les principaux point d’intérêts que j’évoque dans cet article.

Notre itinéraire dans le parc Tayrona

De Calabazo à Chairama Pueblito (plus connu sous le nom de Pueblito)

Avant même de partir pour le parc Tayrona, nous laissons un maximum d’affaires dans un hostel de Palomino. Il s’agit d’un village situé à environ 40 kilomètres à l’est du parc. On sera plus légers pour marcher et visiter ce superbe endroit. À Palomino, on achète de l’eau, un peu de nourriture et on prend un bus qui va vers Santa Marta. On lui demande de nous déposer à l’entrée « Calabazo » du parc national Tayrona. Il y a effectivement plusieurs entrées possibles, j’y reviendrai plus bas dans l’article.

Après un peu plus d’une heure de bus, on entame le sentier depuis Calabazo en direction de Cabo San Juan, une des nombreuses plages du parc. Pour aller Cabo San Juan depuis Calabazo, on passera par Pueblito, un ancien village, aujourd’hui habité par les Koguis, un peuple indigène vivant dans les environs de Tayrona et de la Sierra Nevada. Ce sentier est probablement le plus difficile du parc. On passe aussi devant quelques cabanes vendant de l’artisanat ou de quoi se désaltérer. De l’entrée Calabazo à Pueblito, ça monte, ça descend et ça donne soif ! Mais le plus difficile est à venir.

chemin calabazo pueblito parc tayrona colombie
Le sentier pour se rendre jusqu'au Pueblito est large puis pavé

On profite d’arriver à Pueblito pour faire une pause bien méritée, manger quelque chose et re-remplir nos gourdes d’eau. En moins de 2h, on a déjà bu 1L chacun ! Le village est vraiment joli, on peut y voir des constructions traditionnelles des Indiens Kogui. Vous reconnaîtrez facilement les Koguis, ils sont généralement vêtus de blanc et portent souvent une mochila (un sac) faite en coton, en laine ou en fique (une fibre végétale locale). Le village était déjà habité entre le Vème et le XVIIème siècle. Les chercheurs estiment qu’environ 2000 personnes vivaient là. On peut encore voir certaines structures en pierre comme des terrasses ou les chemins qui étaient tracés à l’aide de grosses dalles de pierres granitiques.

maison traditionnelle kogui chairama pueblito parc tayrona colombie
Une maison traditionnelle dans le village de Chairama Pueblito

De Pueblito à Cabo San Juan del Guia

Après une petite pause, on repart en direction de Cabo San Juan. Là le chemin est complètement différent et … plus dur ! On passe entre les chaos granitiques (d’énormes roches de granit), on saute d’une pierre à l’autre, c’est nettement plus physique et on avance beaucoup moins vite. Il ne faut pas non plus être sujet au vertige, car on aperçoit parfois des trous de plusieurs mètres de profondeur entre les roches ! Heureusement, on fait ce trajet dans le sens de la descente ! On n’aurait pas aimé le faire dans le sens de la montée, beaucoup plus galère. Certaines roches mesurent plusieurs mètres de diamètre et sont parfois parfaitement rondes ! Pas évident de grimper donc. Par contre, glisser sur les fesses et sauter, ça, c’est plus facile 🙂

chemin pueblito cabo san juan del guia cecilia randonnee parc tayrona colombie
Cécilia se déplace avec élégance entre les cailloux

Le gros avantage de ce chemin, c’est qu’il n’y a vraiment pas grand monde. On a dû croiser une dizaine de personnes en tout. Du coup, il y a aussi plus d’animaux ! On voit de nombreux lézards, geckos et iguanes. Quelques oiseaux, mais pas autant que l’on espérait. Le parc est censé abriter plus de 400 espèces d’oiseaux. On a quand même vu un groupe de 6 toucans à carène (Keel-billed toucan en anglais), malheureusement, ils se sont envolés avant que j’aie pu dégainer mon appareil photo. Voici donc une photo libre de droits de ce fameux toucan et des différents reptiles que nous avons vus sur ce chemin du parc Tayrona.

Au bout d’environ 2h de marche depuis Pueblito, on perd la trace du chemin. On ne sait pas trop comment on s’est débrouillés, mais on se retrouve à escalader des pierres rondes à la seule force de nos bras. C’est un peu galère, mais à voir les traces de pas un peu plus loin, on n’est pas les seuls à s’être retrouvés là. Au bout de 5min, on retrouve le sentier, ouf ! 10min plus tard, on arrive à la plage de Cabo San Juan. Là, le camping nous fait un peu peur, les tentes sont collées les unes aux autres… Heureusement, on a la nôtre, on pourra se mettre un peu plus loin. On se renseigne sur le tarif, c’est 30 000 COP par personne. 9€ par personne pour dormir dans sa propre tente, c’est non ! C’est plus cher que ce qu’on paye généralement en dortoir dans une auberge de jeunesse sympa… De toute façon, ça faisait un peu trop Disneyland pour nous, on va voir vers Arrecifes, à 3km de là, on sait qu’il y a d’autres campings.

camping gringos cabo san juan del guia parc tayrona colombie
Les tentes du camping de Cabo San Juan del Guia, les unes sur les autres

De Cabo San Juan del Guia à Arrecifes

Le chemin de Cabo San Juan à Arrecifes nous achève un peu. Il faut dire qu’on porte quand même pas mal d’eau et notre matériel de camping. La chaleur n’aide pas non plus. En 4h on aura bu plus de 2L chacun. Heureusement, on sera récompensés par la présence de singes qui se baladent d’arbre en arbre ! On voit d’abord un groupe de sapajous capucins, puis un groupe de tamarins à crête blanche, une espèce en danger critique d’extinction qu’on ne trouve qu’en Colombie 🙁

sapajou singe dans les palmiers parc tayrona colombie
tamarin a crete blanche mico titi singe avec ses bebes parc tayrona colombie

On trouve donc un autre camping pas très loin de la plage d’Arrecifes. En réalité, il y a plusieurs campings plus près de la plage, mais ils ne faisaient vraiment pas rêver du tout … Du coup, on est allés dans un camping un peu plus dans les terres (moins de 10min à pied). Le chemin boueux ne nous laissait pas penser qu’on allait trouver un super spot de camping. Le terrain est plutôt cool, on peut camper à l’ombre des bananiers (parce que sous les cocotiers, c’est plutôt risqué :)). Il y a même quelques spots abrités près des tentes qu’ils louent pour ceux qui n’ont pas une tente de compétition comme la nôtre haha ! C’est moitié prix par rapport au camping de Cabo San Juan, ça nous va très bien. Le camping s’appelle « Don Pedro », on le trouve facilement avec Maps.me.

Comment aller au parc Tayrona ?

Il existe plusieurs entrées pour arriver dans le parc Tayrona. Les plus connues sont « Calabazo » et « Zaino ». La dernière est, de loin, la plus empruntée, car c’est aussi la plus courte et facile d’accès. Il existe cependant d’autres entrées qui mènent à différents lieux moins connus du parc Tayrona. On accède au parc en bus depuis Santa Marta, Taganga (à l’ouest du parc), Palomino ou encore Riohacha (à l’est du parc).

Arriver dans le parc Tayrona par l’entrée Zaino

C’est le point d’entrée le plus à l’est du parc Tayrona. En bus, il faut demander au chauffeur de descendre à Zaino, une localité sur la route. De là, on fait quelques mètres pour payer son entrée. Apparemment, les gardes peuvent contrôler les sacs des touristes, comme nous ne sommes pas arrivés par là, nous ne pouvons pas le confirmer. Ils vérifient essentiellement que les touristes n’entrent pas avec de l’alcool ou de la drogue.

Une fois l’entrée payée, un minibus attend les touristes pour les amener plus en profondeur dans le parc. Ce trajet coûte 3000 COP par personne et je pense qu’il serait dommage de s’en priver, car la route n’est pas spécialement attrayante. Le bus amène les touristes jusqu’au croisement de plusieurs chemins. Il y en a un qui est plus dédié aux mules, mais c’est aussi le plus ombragé et un autre qui longe les plages, mais c’est en plein soleil et souvent dans le sable. De là, il y a 3km jusqu’à Arrecifes, 5km jusqu’à la Piscina et 6km jusqu’à Cabo San Juan del Guia. C’est également par cette entrée que les tours d’une journée depuis Santa Marta commencent.

Juste après le bus, on a l’option de prendre une mule pour aller où on veut, jusqu’à Cabo San Juan del Guia. Évidemment, on ne le conseille pas. Les mules sont poussées au maximum et elles sont parquées en plein soleil sans eau ni nourriture. Si vous pouvez marcher, faites-le. En plus, si vous croisez des singes, vous pourrez vous arrêter et les observer alors que le muletier va tracer pour rentabiliser.

Arriver dans le parc Tayrona par l’entrée Calabazo

Calabazo et l’entrée la plus proche de Zaino, elle se trouve 10km à l’ouest par la route. C’est l’entrée que nous avons choisie pour arriver dans le parc Tayrona. Le chemin est vraiment magnifique, on passe par Chairama Pueblito et nous n’avons absolument pas regretté d’arriver par là. Non seulement, on pense que le chemin est plus facile dans le sens Calabazo – Cabo San Juan que l’inverse et en plus, on a davantage le sentiment de mériter la baignade haha 🙂

De Calabazo à Pueblito, il y a 6km avec pas mal de montées, mais rien d’insurmontable. Comptez bien 2 heures de marche. De Pueblito à Cabo San Juan, il y a « seulement » 2,4km en descente, mais il faut bien prévoir 1h30 vu la difficulté du chemin. Ce n’est pas une difficulté incroyable, mais les roches et la végétation font qu’on ne peut pas avancer très vite.

Entrée Palangana du parc Tayrona

Nous ne sommes pas passés par cette entrée du parc, mais si vous voulez profiter des plages de Gairaca (ou gayraca), de Neguanje, de la bahia Cinto et de la playa Cristal, c’est par là qu’il faut passer. Si on décide d’emprunter cette entrée, il y a 2 solutions pour y arriver et en repartir. Prendre un bateau depuis Santa Marta ou y aller en voiture depuis Santa Marta également.

Faire le tour des plages du parc Tayrona

La plage d’Arrecifes

En réalité, vu le nombre de plages dans le parc Tayrona, ce serait compliqué de toutes les voir, mais on a quand même pu voir quelques très belles plages. Comme nous avons dormi près de la plage d’Arrecifes, c’est celle que nous sommes allés voir en premier. C’est une longue étendue de sable blanc. La plage est plutôt jolie, mais très à découvert, et il y a pas mal de courant. Nous ne nous y sommes pas baignés, car c’est déconseillé. Légèrement derrière la plage, il y a une lagune où il paraît qu’il y a des caïmans ! On n’en a pas vu, mais on n’a pas non plus tenté de mettre les pieds dans l’eau 🙂 Quelques poissons et oiseaux profitent aussi de cette lagune.

plage arrecifes parc tayrona colombie
Le chemin le long de la plage d'Arrecifes
lagune plage arrecifes parc tayrona colombie
La lagune près de la plage d'Arrecifes (attentions caïmans !)

Plage de la Piscina

Comme son nom l’indique, la plage de La Piscina est une des plages du parc Tayrona où l’on peut nager tranquillement. En effet, une barrière de roches empêche les vagues de venir frapper la côte. Ici, on peut donc tranquillement nager et bronzer sur la plage ou se mettre à l’ombre des cocotiers (pas juste en dessous attention). On peut également faire du snorkeling, car l’eau y est très transparente. Malheureusement, on avait oublié nos super lunettes de piscines et impossible d’en louer sur place … Heureusement, de gentils touristes ont bien voulu nous prêter leur matériel quelques instants 🙂

plage la piscina baignade snorkeling parc tayrona colombie
ça fait rêver non ?

Plage de Cabo San Juan del Guia

La plage de Cabo San Juan del Guia est sans doute la plus fréquentée. C’est là que les touristes accostent quand ils arrivent en bateau depuis Santa Marta. Le camping est aussi l’un des plus grands et le restaurant aussi. Bref, vous l’aurez compris, ce n’est pas la plage la plus tranquille. Cela dit, en y allant tôt le matin, ça doit être assez calme. Hormis cela, la, ou plutôt les plages sont plutôt agréables. Il y a effectivement 2 plages séparées par un promontoire rocheux. Sur ce promontoire, le camping a fait construire une structure avec un toit pour y mettre des hamacs et les louer … Il paraît que les touristes s’arrachent ces hamacs et qu’il vaut mieux réserver avant d’arriver dans le parc ou à l’entrée.

Si nous devions choisir une plage pour se baigner tranquille, ce serait sans doute la Piscina. Elle est assez étendue, on peut y trouver un peu d’ombre et elle est moins fréquentée. Probablement parce qu’il n’y a aucun camping à proximité.

Les autres plages du parc Tayrona

Il existe bien d’autres plages que nous n’avons pas visitées. Mais ça ne veut pas dire qu’elles ne valent pas le détour ! On a quand même récupéré quelques informations.

Plage de Bahia Concha

Cette plage se situe à l’extrémité ouest du parc Tayrona. On y accède depuis Santa Marta en moins d’une demi-heure en voiture pratiquement jusqu’à la plage. L’entrée coûte 5 000 COP et on peut y passer la nuit en tente ou hamac.  C’est une longue plage de sable blanc dans une baie, on peut s’y baigner sans problème.

Plage de Chengue (playa Chengue)

La playa Chengue est nettement moins visitée, on y arrive seulement par bateau depuis Santa Marta ou par un sentier d’environ 1h30. C’est probablement l’une des plages les plus calmes du parc, aussi bien pour sa fréquentation que pour ses vagues. La plage est nettement plus sauvage et est jonchée de débris végétaux ramenés par la mer.

Plage naturiste (playa de los nudistas)

Un peu plus à l’ouest de la plage de Cabo San Juan del Guia se trouve la plage naturiste. Cette plage n’a jamais été officiellement désignée pour les naturistes, mais c’est là que les touristes peuvent se baigner à poil, mais avec précaution, il y a beaucoup de courants ! Idéal si vous voulez parfaire votre bronzage 🙂

Plage de Cañaveral et plage de Castillete

Ce sont 2 plages facilement accessibles depuis l’entrée « El Zaino », mais les courants font que la baignade y est fortement déconseillée. On y trouve aussi des campings et cabanes.

Playa Brava

Cette plage est accessible par un sentier qui part de l’entrée Calabazo en passant par Chairama Pueblito, à environ 3h de marche depuis Calabazo. Pour le retour, il faut donc passer par le même chemin.

Plage de Gairaca, plage de Neguanje et plage de 7 olas (7 vagues)

Il s’agit d’un ensemble de plages assez proches les unes des autres. Une route connecte ces 3 plages jusqu’à la route principale qui longe le parc. Idéal si vous avez votre propre véhicule ou si vous comptez y aller en bateau depuis Santa Marta. À noter, la playa de Gairaca (ou parfois écrit gayraca), serait l’une des meilleures plages pour pratiquer le snorkeling dans le parc Tayrona 😉

Il existe énormément d’autres plages dans le parc, mais beaucoup sont difficilement accessibles par voie terrestre, voire pas du tout. Playa Guachakita, playa Palmarito, Bahia Cinto, playa del muerto (aujourd’hui appelée playa cristal), etc.

Quand visiter le parc Tayrona ?

Pour savoir à quelle période visiter le parc Tayrona, il faut déjà savoir qu’il y a une saison haute et une saison basse liées à la fréquentation du parc.

La saison haute du parc Tayrona s’étend du 15 décembre au 30 janvier, du 15 juin au 15 juillet et toute la semaine sainte (les dates changent chaque année, mais c’est toujours plus ou moins en avril). Les longs week-ends nationaux avec jours fériés sont également considérés comme la saison haute. Il y a plus de touristes (nationaux comme internationaux) et les prix augmentent également.

La saison basse, c’est tout le reste de l’année, ça ne veut pas forcément dire que le climat est pourri et que personne ne veut y aller, c’est juste qu’il y a moins de visiteurs.

En ce qui concerne le climat, il est très changeant et imprévisible. Cependant, les mois les moins pluvieux sont de décembre à mars. Nous y étions en mai, considéré comme un mois pluvieux, mais sur 3 jours, nous avons juste eu un peu de pluie 1 soirée. Ne vous posez pas trop de questions, équipez-vous dans l’éventualité d’affronter la pluie et tout devrait bien se passer 🙂

Attention ! En 2017 et en 2018, le parc Tayrona a fermé pendant environ 1 mois en février. Il n’est pas impossible que cela se reproduise les prochaines années.

Où dormir dans le parc Tayrona ?

Pour dormir dans le parc Tayrona, il y a plusieurs solutions allant de 3€ par personne à environ 400€ ! Si vous utilisez l’application Maps.me, tous les logements sont indiqués dans le parc Tayrona.

  • L’option la moins chère est de dormir dans un des campings près de la plage d’Arrecifes chez « Jacobo B ». Avec sa propre tente, c’est 3€ par personne et par nuit, mais le camping ressemble plus à un terrain vaguement défriché qu’à un camping…
  • Nous avons dormi dans le camping « Don Pedro », un peu plus en recul de la plage, mais nettement plus agréable. Nous avons payé 4,50€ par personne dans notre tente. Les hamacs étaient à 7,50€ la nuit.
  • Au camping de Cabo San Juan del Guia, les prix par personne sont les suivants : 9€ dans sa propre tente, 12€ en hamac près du camping ou dans en tente de location, sinon 15€ pour un hamac sur la pointe rocheuse avec vue sur la mer. Il y a aussi des cabanes pour 60€ pour 2 personnes.
  • Les cabanes EcoHabs, ce sont probablement les cabanes les plus chères du parc Tayrona. Nous n’avons pas testé, la nuit coûte autour de 400€ par cabane…

Combien ça coûte de visiter le parc Tayrona ?

En saison basse, le tarif d’entrée du parc Tayrona est de 44 500 COP en 2018, soit environ 13,50€. En saison haute, l’entrée du parc Tayrona passe à 54 500 COP soit environ 16,50€.

Une petite bouteille d’eau (0,5L) dans le parc coûte environ 4 000 COP, soit 1,20€. Pour vous donner une idée, à Santa Marta, un sac de 6L d’eau coûte la moitié du prix, soit 0,60€.

Un plat dans un restaurant de camping ou sur la plage peut coûter entre 15 000 COP et 30 000 COP soit entre 4,50€ et 9€.

Une nuit en hamac peut coûter entre 25 000 COP et 50 000 COP, soit entre 7,50€ et 15€. Une nuit en tente avec sa propre tente peut coûter entre 10 000 COP et 30 000 COP par personne, soit entre3€ et 9€.

  Le bus qui vous emmène de Santa Marta à Tayrona ou de Palomino à Tayrona coûte entre 5 000 COP et 10 000 COP par personne, soit 1,50€ à 3€.  Le minibus qui va de Zaino (l’entrée principale) au parking à l’intérieur du parc et inversement, coûte 3 000 COP, soit 0,90€.

Budget à prévoir pour le parc Tayrona

Si vous voyagez en mode économique avec votre propre tente et un peu de nourriture, vous pouvez vous en tirer pour moins de 40€ par personne pour 3 jours et 2 nuits dans le parc Tayrona en vous offrant un repas en restaurant de temps en temps.

Si vous êtes sans tente, sans nourriture et sans eau, comptez plutôt 60-70€ pour la même durée.

Que faut-il prévoir pour visiter le parc Tayrona ?

Pour visiter le parc Tayrona sur plusieurs jours, il vaut mieux être un minimum préparé et j’ai quelques conseils pour ça.

  • De l’eau ! Vous ne trouverez pas d’eau potable dans le parc Tayrona à part celle vendue par les restaurants 2 à 3 fois plus cher qu’en ville. Il est éventuellement possible d’utiliser l’eau des sanitaires, mais à condition de bien la filtrer et la purifier. Le mieux est encore d’acheter une poche de 6L d’eau en ville avant de partir. Un sac de 6L d’eau coûte environ 2 000 COP, soit environ 0,60€ alors qu’une petite bouteille peut parfois coûter aussi cher en ville et bien plus dans le parc.
  • De la nourriture ! C’est un peu le même problème que l’eau, il y en a dans le parc, mais c’est assez cher. Cela dit, ce n’est pas aussi exagéré que pour l’eau, on peut trouver un plat sans viande pour environ 15 000 COP, soit 4,50€. C’est plus cher qu’en ville, mais ce n’est pas aussi exagéré que l’eau. Sachez aussi que tous les campings n’ont pas d’espace pour cuisiner. Chez Don Pedro, celui où nous sommes restés, il y avait un espace aménagé, mais la cuisson se fait au feu de bois. Prévoyez plutôt de quoi faire des sandwichs ou des salades, ce sera plus simple 🙂
  • De quoi se protéger du soleil ! Le soleil tape fort sous les tropiques. Prévoyez un chapeau/casquette, des lunettes de soleil et surtout de la crème solaire.
  • De quoi se protéger de la pluie ! Eh oui ! Qui dit tropiques, dit aussi pluies diluviennes. Le climat étant imprévisible, prévoyez un imperméable léger et pensez à emballer vos affaires dans des sacs plastiques ou des housses étanches.
  • De quoi se protéger des moustiques ! Qui dit tropiques … bref, vous avez compris 🙂 Prévoyez un bon répulsif et des vêtements longs aux couleurs claires. Sachez qu’il n’y a pas que les moustiques qui piquent, il y a aussi de toutes petites mouches et ça gratte tout autant. On a essayé un répulsif en savon qui marche plutôt pas mal. On en trouve facilement en pharmacies ou supermarchés en Colombie, c’est une petite boîte noire et rouge 😉
  • De l’argent liquide ! Évidemment, il n’y a pas de distributeurs dans le parc Tayrona. Pensez à retirer à Santa Marta ou Riohacha selon d’où vous venez.
  • Son passeport ! On peut vous le demander à l’entrée du parc.
  • Un masque et un tuba ! Si vous voulez faire un peu de snorkeling dans le parc Tayrona, c’est plus que conseillé. Sur place, vous ne pourrez pas en louer, vous pourrez seulement payer un tour de snorkeling (50 000 COP pour 1h30). Vous pouvez en acheter depuis l’entrée Zaino.
  • Une lampe torche ! La nuit il n’y a évidemment pas d’éclairage public dans le parc Tayrona.
  • Des bonnes chaussures pour marcher ! Alors oui il faut prévoir les tongs, le maillot de bain et la serviette évidemment, mais si comme nous vous souhaitez passer par Calabazo pour sortir, entrer dans le parc Tayrona ou même seulement aller au Pueblito, les chaussures de marche seront nécessaires.

Je pense que le parc Tayrona a tout à fait sa place dans nos coups de cœur en Colombie. Le chemin de Calabazo à San Juan del Guia en passant par Pueblito, bien qu’un peu compliqué est vraiment superbe, on a adoré. Le parc Tayrona possède une faune est une flore impressionnante. En 3 jours, nous n’en avons vu qu’une partie, mais c’était déjà un bel échantillon des plantes et animaux que l’on peut voir dans ce magnifique parc. Si vous le pouvez, on vous conseille vivement de vous y rendre hors saison touristique 🙂

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi consulter le site officiel du parc Tayrona (seulement en espagnol).

Partager sur Pinterest :

tout ce que vous devez savoir tayrona
guide pratique parc national tayrona pinterest
colombie parc tayrona itineraire
Le guide pratique pour visiter Tayrona
4.5 (90%) 4 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *