Pourquoi nous n’avons pas aimé le village de Tenganan


Nous avons eu l’occasion de lire sur les guides de voyage que le village de Tenganan était l’un des derniers villages « authentiques » de Bali. Les habitants continueraient à poursuivre le même mode de vie qu’avant le tourisme de masse. Ce n’était finalement pas vraiment une bonne idée. On vous explique pourquoi.

Un village témoin

Pour l’histoire, il y a plus d’une quinzaine d’années, un touriste qui a trouvé ce village très charmant, l’a indiqué sur le net et de plus en plus de touristes sont venus. Une « billetterie » a été mise en place à l’entrée du village sous forme de dons et l’augmentation de la fréquentation a bouleversé le mode de vie des habitants.

Vous retrouvez des boutiques pour touristes qui sont, certes plutôt discrètes, mais bel et bien présentes. Ces boutiques proposent des sarongs, soit tissés sur place, soit d’Indonésie (Java notamment). Les habitants vivent désormais davantage grâce au tourisme. L’agriculture, la vente de produits alimentaires ou le tissage ne sont presque plus pratiqués ou sont devenu un revenu complémentaire pour la plupart des habitants.

Par ailleurs, nous sommes à peine arrivés qu’un Balinais, parlant hyper bien français (mieux que notre guide à vrai dire !), nous propose ses calendriers balinais réalisés à la main. Il nous a quand même bien expliqué sa façon de procéder et les matériaux qu’il utilise mais bon … L’authenticité n’est pas vraiment au rendez-vous. D’autant plus que ces calendriers sont trouvables dans d’autres sites de Bali.

D’après notre guide, les habitants continueraient à garder les mêmes traditions ancestrales qui permettent de faire vivre le village. Mais cela n’est pas forcément évident à voir et n’est pas en soit si exceptionnel. Puisque les Balinais continuent de toute façon à garder un mode de vie rythmé par les festivités religieuses. Ces cérémonies jouent un rôle majeur dans leurs vies tout en se mêlant avec la modernité. Donc, nous en avions vu lors de différentes promenades et visites durant notre séjour.

Quelques pas plus tard vous verrez un scooter passer, et des camions-malaxeurs de ciment pour agrandir le village. En fait, on y repensant il n’y avait pratiquement personne dans le village. Il était désert, il y avait deux vendeurs de produits touristiques et 3- 4 femmes en train de préparer le repas pour les festivités.

Donc, oui la configuration et les espaces gardent leurs utilisations initiales et le côté « rustique / ancien ». Mais non ce n’est pas un village « authentique » de Bali. Et tant mieux !.

Une visite hypocrite

Lorsque vous payez faites un don à l’entrée, les habitants ont perdu leurs intimités. Notre guide n’hésite pas à nous dire que l’on peut photographier les maisons, les gens à notre guise… (qui aime se faire prendre en photo toute la journée sans autorisation ?) Elle nous invite ensuite à passer par la porte d’entrée donnant sur la cour et les différentes maisons d’une famille. Bien-sûr elle demande si ça ne dérange pas l’habitante et nous sommes incités à rentrer rapidement chez elle… Ce type de maisons existe dans presque tous les autres villages de Bali, les maisons étaient peut-être plus rustiques mais rien de transcendant. Si vous êtes logés chez l’habitant vous aurez déjà vu ce type d’habitat.

Lorsque j’ai gentiment demandé à notre guide si les habitants ont souhaité ce développement touristique, elle m’a dit que ça s’est fait naturellement et que ça a permis de développer économiquement le village. Ce n’est pas complètement faux. Et puis en creusant, je lui ai demandé comment ils subissent ça ? Est-ce qu’ils l’ont vraiment voulu ? En fait, maintenant ils n’ont plus vraiment le choix puisqu’ils vivent en partie des donations et des produits touristiques vendus.

Enfin voilà, pour ma part je me sentais assez mal à l’aise, et j’avais l’impression de faire du voyeurisme. Nous avions l’impression de nous immiscer dans la vie de ces habitants et nous nous ne sentions pas du tout à notre place.

En gros, c’est un peu comme si on demandait aux habitants de la cité de Carcassonne, de vivre comme au Moyen Age parce que c’est une cité médiévale. Les habitants devraient ainsi faire semblant de ne pas avoir accès aux nouvelles technologies, de vous accueillir chez eux et de se laisser prendre en photo.

En bref, je ne dis pas qu’il ne faut pas y aller. Mais au moins vous serez prévenus, vous ne risquerez pas d’être déçus et surpris des conditions de visite.

Cette visite faisait partie d’une excursion avec un chauffeur et une guide francophone. Nous nous sommes greffés à cette visite pour laquelle un couple de français avait déjà réservé. On ne voulait pas spécialement visiter ce lieu, mais on s’est dit « pourquoi pas ?» nous n’avions pas lu ce que disait notre guide papier à propos de ce village « authentique ».

Cet article vous a plu ? Un petit coup de pouce nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Je comprends très bien votre ressenti, j’ai vécu une expérience similaire dans un village Masaï – soit disant authentique – en Tanzanie. Je l’ai super mal vécu aussi… Pour moi ce qui est vendu comme de l’authenticité n’est que du tourisme folklorique, et je n’aime pas ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *