Les temples de Bali : mode d’emploi


Bali possède assez de temples pour vous faire tourner la tête. Plusieurs guides de voyages abordent déjà la question et vous recommandent tels ou tels temples à visiter. De notre côté, nous avons également fait un petit point sur cet article « Les temples de Bali : Tanah Lot, Ulun Danu, Besakih, Batukaru… » Nous vous proposons ici quelques conseils pour visiter les temples de Bali dans les meilleures conditions.

Qu’est-ce qu’un temple ?

Oui, oui ça peut paraître bête comme question, mais vous allez comprendre. On lit souvent sur les guides dédiés à Bali le mot « temple » pour désigner les sites spirituels de l’île. Sauf qu’il ne s’agit pas « d’un » temple comme on peut le comprendre, mais un sanctuaire où se trouvent plusieurs temples. Par ailleurs, il y a généralement plusieurs espaces dans cette enceinte : des espaces de travail pour préparer les festivités (cuisine, décoration, offrandes, fabrication de paniers…), des espaces de cérémonies et de prières. Bon ce n’est peut-être pas encore super clair, quelques éclaircissements arrivent.

bali-et-temple-structure

Il est important de savoir qu’en tant que touriste, vous n’avez pas accès à tous les espaces. Normalement, vous entrez dans l’enceinte principale, vous passez devant les espaces de travail et en principe  il y a d’autres entrées où les locaux prient aux pieds des temples. On ne peut pas se rendre jusqu’au lieu de prière, mais on peut regarder les temples autour de l’enceinte. Donc, oui parfois on peut être un peu déçu de ne pas voir certaines sculptures et peintures de plus près sur les portes des temples. Néanmoins, les murs de l’enceinte ne gênent pas la visibilité, ils arrivent entre la taille et la poitrine. On peut tout de même voir sans nuire à ce lieu de prière.

Il faut également distinguer deux types de « temples » à Bali, je vous propose ma propre classification :

  • Les temples « classiques » : il y a au moins 3 temples dans un village. C’est un peu comme la guerre des clochers en France, mais à Bali c’est en nombre de sanctuaires. Ces temples sont dédiés à 3 dieux différents (Shiva, Brahma, Vishnou) et se situent à l’entrée, au milieu et à la sortie du village. Ils sont de tailles modestes. Ils ne sont généralement pas accessibles au public, ou alors avec la permission d’un local et avec les habits qui vont bien.
  • Les temples « cathédrales » : c’est une grande enceinte comprenant plusieurs sanctuaires avec des temples nettement plus imposants. Ce sont ces temples « cathédrales » que vous pouvez visiter. Vous me suivez ?

Quelles sont les règles à respecter pour visiter un temple ?

  • Ouverture : Bon, ça peut paraître évident, mais les temples « classiques » dans les villages ne sont pas ouverts en dehors des cérémonies, des festivités et des temps de prière pour les locaux. Concernant les temples « cathédrales », les horaires tournent autour de 6h à 18h. Du lever au coucher du soleil en fait.
  • Accessibilité aux publics : Pour les temples « classiques », on peut retrouver des pancartes à l’entrée stipulant que l’accès est interdit aux touristes. Par exemple, le temple d’Ubud située en plein centre n’est pas accessible pour le public. Vous pouvez y accéder avec la permission d’un local et avec les habits qui vont bien. Pour les temples « cathédrales » vous pouvez y accéder sous plusieurs conditions :
    • Le sarong : C’est comme un paréo coloré plus épais peint à la main qui se noue à partir de la taille et qui doit permettre de cacher les jambes. Autant dire que nous européens nous n’avons pas la même classe que les Balinais pour le porter (ahah). Les sarongs sont magnifiques sur les locaux avec leurs vestes/chemises. Il est obligatoire pour les visiteurs souhaitant rentrer dans l’enceinte du lieu. Pas de panique, vous pourrez en louer ou en acheter dans la plupart des temples majeurs. Le sarong « de location » est souvent compris dans le prix d’entrée.
    • Le ticket d’entrée : il varie d’une année à une autre, mais c’est généralement entre 15 000 et 30 000 rp (soit 1€ à 3€ en 2015). Le plus souvent, il prête gratuitement le sarong si ce n’est pas le cas il faut compter quelques roupies pour en louer un. Le mieux donc c’est d’en acheter un et de le garder pour tout le séjour. Un sarong basique ne coûte qu’1€ en négociant un peu. Et puis, c’est un petit souvenir sympa 🙂
    • Evénements du temple : vous comprendrez très rapidement que les Balinais fêtent beaucoup d’événements dans l’enceinte de leurs temples : anniversaire de chaque temple, fête de différents dieux, mariages, crémations, fête de la nouvelle lune et autres cérémonies religieuses. Donc, vous assisterez à coup sûr à l’une d’entre elles et les Balinais vous accueilleront avec le sourire. Nous avons pu assister à la célébration de la nouvelle lune au temple situé sur le lac Bratan, c’était vraiment un moment très agréable. On vous conseille vivement de vous renseigner sur ces événements durant votre séjour et de voir s’ils sont accessibles pour les touristes. (En principe ça ne coûte pas plus cher parce qu’il y a une cérémonie). Tout dépend du type de cérémonie, les temples ferment au moins une zone au public pendant les mariages ou les crémations par exemple.
D’autres conditions à respecter s’ajoutent pour les femmes :

 

  • Ne pas avoir ses règles
  • Ne pas être enceinte
  • Ne pas avoir un enfant ayant encore ses dents de lait (vu dans 1 temple !)
  • Etre habillé décemment (of course :))

Concernant les deux premières conditions, bien sûr les Balinais ne vont pas vérifier, mais c’est une question de respect.

Pourquoi je me lèverai tôt pour visiter un temple ?

Lorsque vous décidez de louer un scooter sur Bali ou encore de demander les services d’un chauffeur, il vaut mieux privilégier de visiter les temples en début de matinée (genre 6-7h :)). Et ceci pour plusieurs raisons :

  • Parce que vous n’êtes pas tout seul à vouloir visiter le temple Tanah Lot, ou encore le temple Uluwatu, il faudra envisager de se lever un peu plus tôt que d’habitude. En effet, les temples les plus emblématiques de Bali sont très fréquentés par les touristes et ça devient un peu envahissant. Le charme n’opère plus vraiment avec des dizaines de personnes sur 2 m² qui essaient de se prendre en photographie avec une perche à selfie pour avoir la même photo…
  • Parce que vous éviterez les files d’attente pour l’achat de vos tickets d’entrées.
  • Parce que c’est rarement ombragé (pour la plupart du temps) et que vous n’entrez dans aucune structure pour vous abriter. Vous tournez autour des temples et la végétation au sein des sanctuaires se compose essentiellement de fleurs et plantes basses, il ne faut pas espérer un brun d’ombre.

Sinon il y a toujours la solution des fins de journées qui sont, par contre, plus fréquentées. C’est d’autant plus fréquenté s’il y a une vue sur un coucher de soleil sympa comme à Tanah Lot par exemple.

Foule au temple de Tanah Lot à Bali

N’oubliez pas que si vous visitez l’Indonésie en haute saison, il peut être intéressant de réserver vos hébergements à l’avance 😉

Les temples de Bali : mode d’emploi
4.9 (97.78%) 9 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Hello ! C’est avec plaisir que j’ai « nominé » votre blog pour les Liebster Awards! Vous pouvez retrouver les infos sur ce jeu dans mon dernier article. Hâte de lire vos réponses! Bien à vous.

  2. Merci pour ces informations très utiles ! 🙂

  3. beau site – bravo aux réalisateurs pour les bonnes infos très utiles pour le futur voyage – toutes mes félicitations

  4. Faut il se dechausser comme dans les temples boudhistes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le partager en utilisant les boutons sur la gauche de votre écran

Sinon, vous pouvez aussi nous suivre sur vos réseaux sociaux préférés :