Pouce-trip sur la Carretera Austral


La Carretera Austral est une route située au sud du Chili. Elle est bien connue des voyageurs, qu’ils soient à pied ou à vélo. Elle était anciennement nommée la « Carretera Pinochet », car elle a effectivement été initiée par le (dictateur) général Pinochet pour connecter le sud du pays qui était encore très isolé. Elle a ensuite été renommée pour des raisons évidentes. Quoi qu’il en soit, nous l’avons suivie depuis Caleta Tortel au Sud, jusqu’à Chaiten au Nord. Ce sont environ 900 magnifiques kilomètres que nous avons parcourus en stop entre océan et jungle froide. (selva fria en espagnol). De beaux paysages sur la route et des arrêts incontournables : Randonnée Cerro Castillo, La Capilla de Marbol,

Comment rejoindre la Carretera Austral ?

Pour rejoindre la Carretera Austral par le nord, ce n’est pas vraiment compliqué :

Il suffit de suivre la route la plus importante du Chili (la 5) jusqu’à Puerto Montt. De là, il y a deux solutions. Ou bien aller vers l’île de Chiloe par Ancud puis prendre un autre ferry plus bas pour rejoindre Chaiten et continuer vers le sud. Ou bien aller vers Hornopiren, Caleta Gonzalo puis Chaiten pour continuer vers le sud.

Pour rejoindre la Carretera Austral depuis le sud, il y a également 2 solutions :

La première et la plus facile est de prendre un bateau depuis Puerto Natales. Il est alors possible d’arriver par le village de Caleta Tortel ou Puerto Yungay sans avoir à passer la frontière entre l’Argentine et le Chili. Caleta Tortel est un charmant petit village au bord de l’eau alors que Puerto Yungay est simplement un débarcadère pour les véhicules.

mer-caleta-tortel-carretera-austral

La deuxième option est de passer par l’Argentine et plus précisément par El Chalten. Depuis El Chalten, il s’agit d’une randonnée de 2 jours qui vous mènera jusqu’à Villa O’Higgins au Chili. Cette randonnée nécessite quand même de passer par un ferry. Un deuxième ferry peut aussi être emprunté, mais pas obligatoirement. En effet, il y a un sentier qui permet de longer le lac sur quelques heures de marche.

Nous avons opté pour la facilité pour deux raisons principales. On avait déjà parcouru deux fois la portion de la route 40 en stop entre Puerto Natales et El Chalten, trois fois, ça aurait été beaucoup… Et surtout, le ferry obligatoire sur le passage entre El Chalten et Villa O’Higgins ne passe pas tous les jours hors saison. Ne sachant pas exactement quand nous arriverions à El Chalten en stop, on s’est dit que ce serait quand même dommage de devoir attendre le ferry de la semaine d’après … Bref, une fois n’est pas coutume, on s’est offert un voyage de 2 jours en bateau dans le sud du Chili.

Carretera-Austral-itineraire-2-semaines-stop-chili

De Puerto Natales à Caleta Tortel

Nous avons donc choisi de voyager en bateau de Puerto Natales à Caleta Tortel (départ tous les mercredis). C’est un voyage de 41h, mais on reste dans le bateau 48h, car il faut passer la première nuit dedans.  Le bateau passe par des Fjords, les paysages sont plutôt chouettes.

puerto-natales-mer-montagne-carretera-austral-caleta-tortel

On passe même par le parc Bernardo O’Higgins (qui n’est accessible que de cette manière ou via d’autres bateaux plus chers). On peut régulièrement voir des glaciers sur la droite du bateau. En effet, on longe pratiquement tout le champ de glace sud (campo de hielo sur) de la Patagonie. C’est là qu’on se rend compte de l’immensité de ces champs de glace.

glacier-villa-ohigins-montagne-bateau-chili

Malheureusement, ce bateau ne comporte que des sièges légèrement inclinables et des repas assez sommaires … Alors certes, c’est tout à fait correct quand on paye le prix chilien, mais le prix étranger est vraiment très exagéré, il faut payer le triple… Il faut savoir qu’au Chili, payer le triple du tarif local est très courant. Bref, on profite quand même des paysages. On fait même une escale à Puerto Eden. Un petit port perdu au milieu de nulle part qui n’a de connexion que par voie maritime. C’est surprenant de voir ce joli port très vert absolument perdu entre les fjords de la Patagonie Chilienne. La végétation est luxuriante et on voit même des colibris butiner les nombreuses fleurs qui s’ouvrent aux premières lueurs du jour.

Puerto-Eden-carretera-austral- montagne-mer-bateau

Caleta Tortel : un joli village de pêcheurs

Nous arrivons enfin à Caleta Tortel en pleine nuit. Nous demandons à une personne passant par-là s’il connaît un endroit où dormir. Il nous propose de dormir chez lui pour 5000 pesos par personne. On est crevés, on accepte, des gens nous suivent, on sera finalement 6 à dormir dans son salon. Il n’aura pas perdu sa journée. On apprendra plus tard qu’il est possible de camper gratuitement près du port. Bon, il faisait nuit, il était tard, on aurait sûrement eu la flemme de planter la tente de toute façon.

Attention à la marche !

On visite un peu Caleta Tortel, je glisse sur une marche alors que je faisais pourtant attention et je pète la boucle de ceinture de mon sac à dos… (Il faut savoir que le village se compose essentiellement de passerelles et d’escaliers en bois. Avec l’humidité, tout est très glissant). Heureusement, la boucle n’est qu’à moitié cassée et peut encore servir, mais pour combien de temps ? Bref, je ne me suis rien cassé, c’est le principal, on profite du village et on mange au bord de l’eau avant de prendre un bus pour Cochrane, le prochain village sur la route.

caleta-tortel-vue-passerelles-carretera-austral

Événement spécial à Cochrane !

Une fois arrivés à Cochrane, on remarque plein de voitures stationnées au même endroit. On demande ce qu’il se passe, c’est l’anniversaire de la ville ! Youhou ! C’est l’occasion parfaite pour manger comme des goinfres et boire des bières avec nos nouveaux amis français rencontrés sur le bateau. On pose la tente et nous allons à la fête du village. Au programme : musique live et rodéo. Bon, nous ne sommes pas très fans du spectacle, mais nous jetons un œil quelques minutes en essayant de comprendre le fonctionnement de la compétition.

Après avoir passé une bonne journée ensoleillée et une soirée riche en empanadas et cervezas, nous nous levons presque aux aurores pour aller à Puerto Rio Tranquilo. On fait du stop, au niveau de l’arrêt de bus à la sortie de la ville. Un pick-up s’arrête, on monte à l’arrière, c’est parti !

Ne faites pas comme nous…

La route est franchement superbe ! Nous avions envie de nous arrêter pour prendre des photos. Nous étions complètement fascinés par la couleur des cours d’eau. Et surtout, ne faites pas comme nous, arrêtez-vous à Rio Bertrand. Les cours d’eau se croisent, le mélange des couleurs est juste sensationnel. Ça vaudrait bien la peine de s’arrêter une journée ou deux !

Une chapelle de marbre à Puerto Rio Tranquilo ?

Une fois à Puerto Rio Tranquilo, nous nous renseignons sur les prix des excursions. En effet, on ne s’arrête pas à Puerto Rio Tranquilo par hasard, c’est de là que partent les bateaux pour voir les « Capilla de Marmol » et autres « Cueva de Marmol ». C’est l’attraction du coin sur le lac Général Carrera (qui se nomme Lago Buenos Aires du côté argentin, mais c’est bien le même). Une fois dans le village, vous ne pouvez pas manquer les agences, elles sont toutes alignées au bord de la route principale. On se renseigne également sur le type de bateau, l’un peut rentrer plus facilement entre les formations rocheuses, tandis que l’autre, un peu plus imposant ne permet pas de circuler si facilement. D’ailleurs, il y a également la possibilité de partir en kayak. C’est la meilleure option, pour vraiment rentrer dans les grottes. Par contre, il faut compter plus de 30 000 pesos. Enfin, pour profiter au mieux de la lumière du jour, il faut privilégier une excursion en début de matinée. Cela permet que la lumière rentre le plus profondément dans les caves. Les visites commencent à partir de 8h en haute saison.

Bref, on savait que l’excursion coûtait 10 000 pesos par personne, mais que ça se négociait assez facilement. On a pu le négocier assez facilement à 8000 par personne et finalement, comme le mec de l’agence n’avait pas de monnaie, il nous l’a fait à 15 000 pesos pour deux. Cool ! C’est parti pour une balade en bateau dans les grottes de “marbre”.  Oui, car on dit marbre, mais il s’agit en fait de carbonate de calcium, ce qui n’est pas exactement pareil.

On découvre alors ces formations géologiques insolites. Certaines forment des grottes, d’autres des « chapelles de marbres » (capilla de marmol en espagnol). C’est vraiment une incroyable balade. La couleur du lac et celle des formations forment un mélange assez extraordinaire. Le temps ensoleillé n’était pas au rendez-vous, mais la lumière était suffisante pour voir les dégradés de couleurs sur les parois.

Magnifique randonnée au Cerro Castillo

Nous sommes allés directement de Puerto Rio Tranquilo à Coyhaique en stop où un couchsurfing nous attendait. On papote, on se repose et on se ravitaille dans le premier supermarché qu’on voit depuis Puerto Natales. Nos hôtes Couchsurfing nous proposent de garder nos affaires le temps d’aller faire un trekking et de revenir. Impeccable ! On revient donc un peu sur nos pas en direction de Villa Cerro Castillo (vers le sud donc), mais on s’arrête avant à « Las Horquetas » sur la route. C’est par là que débute le sentier de randonnée qui mène au Cerro Castillo. Il devait y avoir quelqu’un pour nous faire payer l’accès au sentier (3000 pesos chilenos par personne), mais nous n’avons croisé aucun garde-parc de tout le trekking…

Jour 1 : Las Horquetas – Camping Rio Turbio

La première journée est très tranquille. On commence autour de 10h du matin par une piste de voiture sur quelques kilomètres, puis on arrive au premier camping vers 16h, en même temps qu’on commence à pénétrer dans la forêt. Vu l’heure, on décide donc de continuer un peu et de faire du camping sauvage un peu plus loin. Sur cette première partie, nous ne croisons que deux autres couples de randonneurs. Cette première journée était très facile, aucune difficulté et un sentier de randonnée plutôt plat le long de la rivière.

tente-cerro-castillo-randonnee-carretera-austral-jour-1

Jour 2 : Camping Rio Turbio – Laguna Cerro Castillo – Campamento Porteadores

Après une journée de randonnée tranquille sur du plat pratiquement tout le long, on commence enfin à grimper un peu. En arrivant à un passage de col, on passe par un vaste champ de pierres. On marche sereinement, et soudainement, on entend des cailloux tomber dans le vide sous nos pas. Pas très rassurant… Nous avons l’impression qu’il y a une énorme cave sous ce champ de pierre… On est pourtant sur le bon chemin. Bref, nous passons assez rapidement. Un peu plus loin, on voit un trou assez profond (facilement 5 mètres) et c’est là qu’on comprend pourquoi on entendait des cailloux tomber dans des crevasses. On est en fait sur un énorme glacier recouvert de pierres !

glacier–cerro-castillo-randonnee-carretera-austral-jour-2

On passe ce glacier et on redescend dans la forêt pour ensuite remonter et enfin atteindre la lagune du Cerro Castillo.

Les pics du Cerro Castillo sont superbes, on comprend pourquoi il est appelé ainsi. Les roches forment comme les tours d’un château naturel de pierre. On pique-nique au bord de la lagune et on monte encore un peu plus avant d’entamer une assez longue et glissante descente. Avant de descendre, on contemple le glacier du Cerro Castillo, nous sommes à la même altitude, on le voit parfaitement bien. De l’autre côté, nous avons une vue sur toute la vallée et sur le village de Villa Cerro Castillo, là où nous devrions arriver le lendemain. En attendant, nous descendons doucement, mais sûrement jusqu’au prochain camping, le “campamento Porteadores” dans lequel nous passerons une nuit assez fraîche.

vue-laguna-cerro-castillo-randonnee-carretera-austral-jour-
lagune-cerro-castillo-randonnee-carretera-austral-jour-2

Jour 3 : Campamento Porteadores – Villa Cerro Castillo

Troisième et dernier jour de trekking au Cerro Castillo. Il ne nous reste plus beaucoup de chemin à faire avant d’arriver à Villa Cerro Castillo, mais nous ne comptons pas y rester. On se lève alors assez tôt, on prend le petit-déjeuner, on range tout et c’est parti. On parcourt le reste du chemin en descendant, puis on rejoint une route assez inintéressante pour rejoindre le village. Une fois au village avant midi, on fait du stop, nous ne sommes pas les seuls, mais on trouve quelqu’un qui nous amène directement à Coyhaique. Parfait ! On rentre donc chez nos nouveaux amis Couchsurfers pour nous reposer.

pic-de-magellan-sur-randonnee-du-cerro-castillo-jour-3

Rencontre avec un glacier suspendu dans le parc Queulat

Nous repartons depuis Coyhaique vers le nord pour découvrir le parc national Queulat et plus précisément le « Ventisquero Colgante » (le glacier suspendu). Nous arrivons en fin de journée et décidons donc de camper. Apparemment, le parc est fermé la nuit, on ne peut pas arriver en fin de journée pour y camper. Vu l’amabilité du garde-parc rencontré le soir, on n’en saura pas plus … Bref, heureusement, il y a un camping un peu avant l’entrée du parc. Ou plutôt un terrain vague plein de déchets sur lequel quatre abris ont été construits pour y mettre une petite tente. On paye 3000 pesos par personne, c’est moins cher que la plupart des campings, mais peut-on vraiment appeler ça un camping ?

Le lendemain, nous allons donc dès l’ouverture du parc voir le glacier suspendu. Là encore, il faut payer (3 fois le tarif chilien…). Le chemin est superbe, car saturé de végétation. On se croirait en pleine jungle alors qu’on est pourtant en Patagonie. Le chemin grimpe plutôt pas mal jusqu’au point de vue et une fois sur place, on peut admirer le glacier suspendu. Le matin n’est pas le meilleur moment pour les photos, car vous serez à contre-jour, mais la vue est très belle.

vue du mirador sur le ventisquero colgante parc queulat carretera austral chili

On retourne au camping ranger la tente et on tente d’aller plus loin en stop. Malheureusement, la route est en travaux, des portions sont coupées pendant plusieurs heures. On décide quand même de tenter notre chance. On marche quelques kilomètres vers le début du chantier. On passe devant plusieurs engins de chantier et des ouvriers nous appellent. Ils nous proposent de nous emmener dans leur camion jusqu’au prochain village ! Cool. De toute façon, on ne peut pas aller plus loin, car ils utilisent des explosifs pour dégager la route. On patiente donc avec nos nouveaux amis ouvriers. Ils nous emmènent jusqu’à Puyuhuapi. On se remet sur le bord de la route, puis un Chilien nous amène jusqu’à La Junta où nous camperons.

Journée farniente aux thermes de La Junta

On voulait s’arrêter à La Junta, car on nous avait parlé de thermes pas chers et pas très fréquentés. On s’est dit que c’était l’occasion de profiter du thermalisme omniprésent au Chili. Le lendemain, on va donc en stop jusqu’aux thermes d’« El Sauce ». Il s’agit d’une source d’eau chaude qui jaillit au pied d’une colline. On arrive le matin et on profite des thermes toute la journée juste pour nous deux ! Il est aussi possible de camper sur place, on en profite également 🙂 Attention, il vaut mieux appeler en hors saison avant d’y aller (voir nos conseils pratiques à la fin de l’article). Le lendemain, on reprend la route pour Chaiten, notre dernière étape sur la Carretera Austral.

thermes el sauce pres de la junta sur la carretera austral Chili

Chaiten et son volcan

La ville de Chaiten est connue pour avoir été complètement dévastée par une éruption en 2008. Aujourd’hui reconstruite, c’est un bon point de départ pour visiter le parc Pumalin. Il s’agit d’un parc privé entièrement gratuit qui a été créé par le boss de la marque North Face. Après sa mort, sa femme a légué les terres au gouvernement chilien. On ne sait pas encore ce qu’ils vont en faire, mais on peut facilement imaginer qu’il va devenir payant comme les autres avec un prix spécial touristes… Bref, nous trouvons un spot sur la plage de Chaiten pour poser la tente et passer la nuit.

tente sur plage chaiten carretera austral chili champing sauvage

Le lendemain, nous irons marcher sur le sentier qui mène au volcan Chaiten. Nous y allons assez facilement en stop depuis la ville. Le long du sentier, on voit les arbres brûlés par la dernière éruption et la végétation qui renaît de ses cendres. Il s’agit d’une petite randonnée d’environ 3h aller-retour, mais le sentier est plutôt raide, surtout pour les derniers mètres. Une fois en haut, on admire le cratère et le cône du volcan d’où s’échappent encore quelques fumerolles. On en profite pour pique-niquer sur cette superbe vue avant de redescendre. On rentre, en stop aussi, jusqu’à Chaiten pour passer une nouvelle nuit sur la plage. Le lendemain, on se paiera un camping pour se reposer et profiter de la douche et d’internet en attendant le bateau pour aller à l’île de Chiloe.

volcan chaiten eruption fumerolles carretera austral chili

De Chaiten à l’île de Chiloe

Chaiten était notre dernière étape sur la Carretera Austral, car nous voulions absolument découvrir l’île de Chiloe. Pour continuer sur la Carretera Austral, la route se poursuit vers le nord, vers Hornopiren puis Puerto Montt, mais il faut prendre deux ferries. Si on souhaite ensuite visiter l’île de Chiloe, on doit donc obligatoirement redescendre vers le sud. Comme nous ne sommes pas fans des allers-retours, nous avons acheté notre billet de ferry pour aller de Chaiten à Quellon au sud de Chiloe. On quitte la Carretera Austral, c’était un incroyable voyage !

Nous avons adoré découvrir la Carretera Austral. Les paysages sont sublimes, tout est très vert et de nombreux parcs et réserves naturelles ponctuent le voyage. À retenir, les hébergements sont plutôt chers (pour le pays), mais le stop marche vraiment bien. Comme il n’y a plus ou moins qu’une route principale, vous retrouverez souvent les mêmes personnes. C’est une bonne occasion de nouer de nouvelles amitiés !

Nos conseils pratiques

Transport 

  • Le stop sur la carretera austral marche très bien ! Il est même parfois obligatoire, car les bus ne roulent pas tous les jours et peuvent aussi être assez chers sur certaines portions. Le seul souci, c’est que vous ne serez pas les seuls et qu’il faudra donc s’armer de patience. Prenez un ticket et attendez votre tour 🙂 Nous étions sur cette route à la fin de la haute saison (mars) et il y avait quand même du monde. On n’ose même imaginer ce que ça doit être en janvier ou février. Nous avons pratiquement tout parcouru en stop à l’exception de certaines courtes portions où, pour des raisons pratiques, nous avons opté pour le bus.
  • De Coyhaique au parc national Queulat par exemple, il vous en coûtera 5 000 pesos chilenos (environ 7€)
  • De Puerto Natales à Caleta Tortel, le bateau qui offre ce trajet s’appelle « Crux Australis ». La compagnie se nomme « Transbordadora Austral Broom ». Le billet s’achète sur internet ou directement sur place. Il y a un guichet à côté du port. Le trajet de Puerto Natales à Caleta Tortel coûte 120 000 pesos par personne, soit un peu plus de 160€ … Si vous avez la chance d’avoir un « RUT », numéro d’identification chilien, vous paierez seulement une cinquantaine d’euros. Ça se passe comme ça au Chili…
  • Vous pouvez rejoindre Chiloe depuis plusieurs ports, dont Chaiten, Puerto Chacabuco et Puerto Montt (entre autres). Nous avons choisi d’y aller depuis Chaiten, car c’est la route maritime la plus courte et la moins chère. Le bateau de Chaiten à Quellon coûte 12 500 pesos, soit un peu moins de 17€ par personne. Il ne part pas tous les jours, pensez à vous renseigner avant sur navieraustral.cl

 

Activités

  • La visite des Cueva et Capilla de marmol à Puerto Rio Tranquilo coûte normalement 10 000 pesos par personne, mais c’est assez facilement négociable à 8000 pesos, voire moins. Il vaut mieux y aller le matin pour profiter de la lumière du soleil qui éclaire l’intérieur des grottes. Il est aussi possible de le faire en kayak pour 40 000 pesos chilenos (environ 54€).
  • Sur la route entre Puerto Rio Tranquilo et Coyhaique, ne manquez pas le Cerro Castillo. C’est une superbe randonnée de 1 à 4 jours selon votre envie. L’accès est normalement payant, mais nous n’avons pas croisé un seul garde-parc. Tous les campings sont gratuits, mais ne disposent de pratiquement aucun service. Parfois des toilettes et une table, parfois rien.
  • Au nord de Coyhaique, se trouve le parc Queulat. Il y a plusieurs zones à voir et notamment le bosque encantado (forêt enchantée) et le ventisquero colgante (glacier suspendu). Étant donné qu’il faut payer à chaque fois (et 3 fois plus que les Chiliens…), nous avons décidé de ne voir que le ventisquero colgante. Nous avons bien fait, car le chemin pour y accéder se fait à travers d’une forêt luxuriante. Une véritable jungle en pleine Patagonie. D’après d’autres voyageurs rencontrés sur la route, la forêt est très similaire au bosque encantado. On ne regrette donc pas notre choix.
  • Pour profiter des thermes d’« El Sauce » près de la Junta, il vaut mieux appeler le propriétaire avant pour savoir si c’est ouvert. Les thermes coûtent 5000 pesos par personne et vous pouvez camper pour 5000 pesos de plus. Il y a un abri, des WC, douches et de quoi faire un asado 🙂
  • Le parc Pumalin, au nord de Chaiten est assez vaste et possède de nombreux sentiers de randonnée et campings. L’entrée du parc est gratuite (pour le moment en tout cas) et vous trouverez toujours un coin pour camper gratuitement.

 

Logement 

  • La Carretera Austral est bien connue des voyageurs et on trouve assez facilement de nombreux hébergements, que ce soit en chambre ou en camping. Pour avoir un ordre d’idée, un lit en dortoir coûte au moins 7000 pesos par nuit, rarement moins. Les campings sont souvent autour de 5000 pesos par personne et par nuit.
  • La route est assez peu habitée et il est relativement facile de faire du camping sauvage (tout en étant respectueux de l’environnement évidemment).
  • Vous pouvez camper à l’entrée du parc Queulat pour 3000 pesos chilenos par personne, mais pour ça, vous n’aurez droit qu’à un terrain vague avec quelques abris quand même. Nous avons essayé de camper dans le parc, mais d’après le garde-parc rencontré, les campings ne sont pas accessibles en fin de journée … À l’heure actuelle, on n’a toujours pas compris l’utilité de ces campings…
carretera-austral
Summary
Pouce-trip sur la Carretera Austral
Article Name
Pouce-trip sur la Carretera Austral
Description
La Carretera Austral fait partie de ces routes mythiques sur lesquelles, les backpackers se laissent guider en auto-stop tout en admirant un paysage à couper le souffle.
Author
Publisher Name
Faim de Voyages
Publisher Logo
Pouce-trip sur la Carretera Austral
4.8 (95%) 8 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. bonjour votre site est super de tres bons conseils nous sommes aussi amoureux de la montagne et nous faisons actuellement un tour du monde nous sommes au chili et nous partons pour punto natales apparemment vous n,avez pas fais le W car trop de monde donc je pense que l on va faire un peu comme vous pouvez vous me dire si c bien de zapper le W nous n aimons pas trop la foule aussi merci tout plein et bonne continuation

    • Hello,
      Si vous pensez y aller, je vous conseil la boucle O, si vous souhaitez éviter toute la foule.

      Néanmoins même si nous avons choisis le O nous étions loin d’être les seuls. Même si les paysages sont superbes, nous étions déçus de notre expérience au parc Torres del paine. En bref, des camping chers et dans un état vraiment pas terrible, beaucoup de monde et en plus nous n’avions pas pu passer le col John gardner à cause de la neige, temps pourri qui ne te laisse pas voir la moitié du paysage ahah… On en parlera prochainement sur un article:). Après d’autres personnes ont adoré avec un temps plus clément, de bonnes rencontres sur la route… si vous pensez y aller, prenez en compte les réservations à faire en amont…

      Avec du recul, nous aurions pu nous en passer. Pendant notre volontariat nous avons eu la chance de côtoyer ce type de paysages pendant deux mois. Tandis que des glaciers nous avons également été bien servis… Tout dépend de vos attentes et de vos visites futures et précédentes… Où êtes-vous en ce moment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *