Le fameux bus n°8 depuis l’aéroport de Buenos Aires


Arrivés sur le sol argentin à l’aéroport Ezeiza, nous faisons nos premiers pas de façon optimiste à la recherche du bus n°8 pour nous rendre dans le centre de Buenos Aires. Celui-ci n’est pas difficile à trouver cependant, il y a plusieurs choses à faire afin de pouvoir utiliser les transports en commun de la ville de Buenos Aires. On s’est dit que ça serait pas mal de vous en parler parce que c’était drôle et que ça serait plus pratique pour les futurs voyageurs. Allez c’est parti bip – bip !!

Comment se rendre dans le centre de Buenos Aires ?

Le bus 8, c’est le moyen le moins cher (et le moins rapide, 2 bonnes heures pour 35 kilomètres)  pour se rendre au centre de Buenos Aires. On peut le dire, c’était assez interminable. Il dessert la plaza de Mayo et passe également par les avenues 9 de Julio et Corrientes (celle avec l’obélisque). Le trajet exact du bus numéro 8 est visible sur ce lien. Il y a aussi, d’autres alternatives comme les navettes (des cars) qui partent toute les trente minutes pour la somme de 190 pesos avec la compagnie Tienda Leon. Ces navettes permettent d’arriver une petite heure dans le centre de Buenos Aires. Il y a aussi le taxi, qui d’après ce qu’on a pu lire, coûte 40 euros. Dans la mesure où l’on se rend dans l’hyper centre de Buenos Aires comme les quartiers de Balvanera, San Telmo, Recoleta ,San Nicolas, Montserrat, Retiro.

Voyage-en-Bus-Argentine-Buenos-Aires-Ligne-37

Cheminement à suivre pour prendre le bus n°8

Dans un premier temps, pensez à retirer ou à changer des euros en pesos dès la sortie de la douane. Oui parce que nous, nous sommes du genre à aller plus loin et de voir les autres taux et comparer… Et en fait, les offres de changes sont assez limitées, l’Aéroport Ezeiza n’est pas très grand et il n’y a pas trente mille bureaux de change. Du coup, nous optons pour tirer une petite somme d’argent soit une quarantaine d’euros. Evidemment, dans l’euphorie, on oublie que chaque retrait est taxé de 87 pesos (plus les frais de votre banque si vous en avez), cette somme étant fixe, il vaut mieux tirer un peu plus d’argent… Le taux de change peut aussi varier selon votre banque.

Dans un second temps, il faut partir à la recherche d’un KIOSKO. C’est quoi un kiosko ? Pour nous, c’est l’équivalent d’une petite épicerie, d’un endroit où on achète  pleins de sucreries (barres chocolatées, bonbons, chewing-gum), parfois ils font tabac, grosso modo c’est un petit magasin. Bref, vous vous demandez sûrement pourquoi on cherche un kiosko ? Déjà en train de ruer sur la bouffe ? Haha.

C’est dans ces Kioskos, que nous achetons et pouvons recharger la carte SUBE. C’est LA carte de transport qu’il faut avoir pour utiliser les transports en commun de la ville : métro, bus et tramway. Son coût est de 25 pesos (soit autour de 1€50 selon le taux de change), elle se recharge soit directement auprès des personnes qui tiennent le kiosko ou la loteria, soit dans une machine bleue se trouvant sur les lieux. On y met la somme que l’on veut, et elle est utilisable pour plusieurs personnes. Pour se rendre au centre de Buenos Aires, il faut compter entre 7 pesos et 8 pesos par personne avec la ligne 8.

Ensuite, le bus n°8 se trouve facilement. Il existe deux arrêts de bus pour l’aéroport. Nous nous sommes dirigés à l’arrêt de bus le plus près de notre terminal, il s’agissait de celui où l’on passe devant le Terminal C. Mais les Argentins n’ont pas hésité à nous aider en nous voyant regarder un peu dans tous les sens, nous étions hyper contents !. Il y a même un chauffeur de taxi qui nous a indiqué la direction de l’arrêt de bus. D’après nos recherches sur le net, le bus passe toutes les quinze minutes, et c’était le cas lors de notre venue. Parfois il passe, mais ne prend pas de voyageurs, car il dépose les derniers voyageurs à l’autre terminal et revient une fois que le bus est vide.

Pour la direction, on ne peut pas se tromper, l’aéroport est l’un des terminus. Arrivés dans le bus, nous indiquons notre destination au chauffeur et il nous indique alors le tarif. En effet, selon votre destination, le tarif peut varier, Buenos Aires fonctionne par zones. Plus vous franchissez de zones, plus ce sera cher et inversement. Du coup, on paye réellement le trajet que l’on réalise et non pas un forfait par trajet.

Bon, je vous raconte ça là, ça à l’air easy de prendre le bus n°8. En fait, nous avons attendu le bus et une fois qu’il est arrivé, le chauffeur nous demande la fameuse carte sube et nous ne l’avions pas, évidemment. Après avoir fait deux-trois allers et retours entre les terminaux de l’aéroport, nous avions la SUBE rechargée. Il fallait juste attendre à nouveau le bus 🙂

Nos conseils pratiques pour les bus en Argentine

  • Pensez à acheter et recharger la carte SUBE dès le début du séjour, sachant que si vous êtes deux ça va vite et que ça évite de faire la queue à répétition.
  • Cette carte est également utilisable pour la région de Buenos Aires, donc gardez- là elle est précieuse.
  • Les arrêts ne sont pas forcément clairement définis, il ne faut pas hésiter à demander aux personnes du coin où l’arrêt se trouve. Une fois en dehors de la ville, vous verrez que les arrêts de bus sont encore moins facilement repérables.
  • Il faut penser à faire la queue après la personne souhaitant prendre le même bus.

Cet article vous a plu ? Un petit coup de pouce nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Merci pour ces infos, j’aurais fait comme vous ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *