Antofagasta de la Sierra, des paysages inoubliables !


On a décidé de vous en mettre plein la vue ! Antofagasta de la Sierra, ça reste l’un de nos meilleurs souvenirs en Argentine. Le petit village est sympa, mais c’est surtout la route pour y arriver qui vaut le détour ! Des dunes de sable avec un air de désert, des coulées de lave solidifiées, des volcans, des vicuñas partout, des pierres sorties de nulle part en plein désert… Le paysage de la puna argentine réserve de belles surprises. Franchement, on n’y croyait pas nos yeux. Quelle diversité de paysages en seulement 200 kilomètres ! Un site que l’on recommande chaudement malgré son accès compliqué.

Visiter Antofagasta de la Sierra, c’est possible ?

On quitte la région de Salta et ses superbes paysages pour nous rendre dans la province de Catamarca. On part de la ville de Salta en stop en suivant la route 40 pour arriver jusqu’à Belén. On y arrive sans difficulté. Entre temps, on s’arrête quand même pour tenter de faire du stop (2 heures au moins) sur la route au niveau du croisement nommé El Eje (une station-service et deux maisons). C’est la route menant au village d’Antofagasta de la Sierra, mais les voitures ne se bousculent pas. Seules quelques voitures vont aux deux villages plus loin à une trentaine de kilomètres. Bien que la ville de Belén se trouve à 260 kilomètres du village Antofagasta de la Sierra, il semblerait que ce soit le meilleur point d’accès… Depuis Belén, les kilomètres se décomposent de la manière suivante : 50 kilomètres jusqu’au croisement « El Eje » puis 210 kilomètres pour arriver au village d’Antofagasta de la Sierra où la route est juste superbe !

Antofagasta de la Sierra Catamarca Belen Argentine route montagnes colorees

On décide alors de changer de route pour faire du stop et arriver jusqu’à Belén, il y a très peu de passage sur la route 40 sur cette portion… Un bus arrive, on tente le coup, il nous prend. On arrive en fin d’après-midi à Belén, nous cherchons tout de suite l’Office de tourisme pour leur demander comment aller à Antofagasta de la Sierra. Il se trouve qu’il y en a un dans le centre et un autre à la gare. On tente à la gare, le monsieur nous dit tout simplement qu’il y a un bus le mercredi et le vendredi… Dommage, nous sommes un lundi. Bref, on tente de voir l’autre office dans le centre et on nous dit la même chose. Ils nous mettent en contact avec les agences et les guides qui proposent des excursions vers Antofagasta de la Sierra. Il y a plusieurs formules, la première étant un peu une course au marathon mais également la moins chère. Il s’agit de passer une journée pour voir plusieurs sites depuis Belén (sites à déterminer avec le un chauffeur de type remis ou transport spécial). Le prix tourne autour de 2 000 pesos par personne. L’autre option est de se rendre à Antofagasta de la Sierra et de loger là-bas pour faire des excursions à la journée. Généralement, le premier jour débute à partir de Belèn où l’on découvre la réserve UNESCO La Laguna Blanca, le petit village El Peñon et on suit la route jusqu’au village Antofagasta de la Sierra pour y passer la nuit. Ensuite, les autres jours qui suivent, les agences proposent de voir les nombreux salars de la zone, voir le champ de Pierre pommée… les excursions comprennent les nuitées et les repas. Des excursions qui ont l’air génial … mais cela à un coût. Par exemple, depuis le village d’Antofagasta de la Sierra, l’excursion comprenant deux arrêts, un  au cratère du volcan Galan et un au Campo de Piedra Pomez (ils se situent dans la même zone), coûte 4 800 pesos (déjeuner inclus) soit environ 290 €. Ce prix ne comprend pas l’hébergement ni le petit-déjeuner qui n’est pas très bon marché (420 pesos pour une chambre double avec petit-déjeuner à Antofagasta de la Sierra). Bref, nous ne comptions pas dépenser autant d’argent.

Un peu dépités, on cherche un endroit pour dormir à Belén. On va voir deux hébergements pas chers conseillés par l’office de tourisme (un hôtel et une auberge de jeunesse). L’hôtel, pour une chambre double avec petit déjeuner, affiche le même prix que l’hostel (200 pesos par personne en dortoir), pour deux lits en dortoir de six (allez savoir pourquoi… ?), on choisit l’hôtel. On traîne à l’accueil sur internet pour voir les autres solutions possibles pour aller à Antofagasta de la Sierra. Nous tendons l’oreille, un couple argentin pense se promener dans les parages le lendemain, mais ils se demandent ce qu’ils peuvent faire dans le cadre d’une journée…  Nous allons les voir avec nos plus beaux sourires, nous répondons à leurs questions concernant la route d’Antofagasta de la Sierra (réponses obtenues par nos chères agences)… Ils sont convaincus, ils y vont. Nous demandons si nous pouvons nous joindre à eux et partager les coûts d’essence… c’est oui !!!! Youpi ! Ça sera alors l’option, Antofagasta de la Sierra en une journée. Un passage éclair, mais nous sommes contents d’avoir trouvé une solution et de ne pas repartir bredouilles !

L’incroyable route d’Antofagasta de la Sierra

Nous partons tôt le matin, une grosse journée est au programme.  Nous allons parcourir près de 600km en tout. C’est un peu une journée à passer dans la voiture. La route est de bonne qualité jusqu’au croisement El Eje, soit les premiers 50 kilomètres. Ensuite, une trentaine de kilomètres du début de la route menant à Antofagasta de la Sierra est en partie en travaux et la piste est de mauvaise qualité. Le 4×4 de nos nouveaux amis argentins est d’une grande aide et en plus, il est confortable. La route/piste serpente entre les montagnes et volcans, on profite des paysages très changeants.

La route redevient ensuite de bonne qualité et quelques-unes des montagnes deviennent des dunes de sable. On adore ! On s’arrête et on prend la pose. On reprend la route, des montagnes de toutes les couleurs en veux-tu en voilà. Les paysages sont incroyables, nous ne savions plus où donner de la tête. Des déserts blancs de sel, des cônes volcaniques aux courbes élégantes, des cours d’eau gelés aux couleurs pétillantes … On s’arrête quelques minutes au premier point de vue de la route. Il donne sur une ancienne coulée de lave mêlant des couleurs de façon envoûtante. Au bout de 200 kilomètres depuis El Eje, nous arrivons à la bifurcation pour nous rendre au Campo de Piedra Pomez.

On suit l’empreinte des voitures précédentes. A un moment donné, il s’agit de bien suivre le chemin de gauche, l’autre menant à un trajet plus long, c’est celui permettant d’atteindre le pied du volcan Carachi Pampa. Ce volcan culmine 3 393m. On roule à 30km/h, la piste est de très mauvaise qualité, et les fameuses pierres se trouvent à une trentaine de kilomètres. 1 heure plus tard apparaissent les premières pierres. Ces pierres sont des pierres ponces qui ont été autrefois portées par l’eau et de ce fait aujourd’hui se trouvent au milieu de nulle part. On pense que nous sommes seulement au début du campo de Piedra Pomez, mais la piste est tellement mauvaise qu’on préfère s’arrêter là.

Nous reprenons la route et une heure plus tard nous rejoignons la route principale (la route devient une bonne piste).  Un autre spectacle nous attend. Nous découvrons des restes de coulées de lave, d’un noir profond. Le contraste avec le sol de sable blanc est fascinant. Quelques plantes filiformes, épineuses et de couleur dorée/jaune y poussent, on s’amuse à les prendre en photo.

Nous poursuivons notre périple dans le but d’atteindre Antofagasta de la Sierra pour le déjeuner. En arrivant à Antofagasta de la Sierra, on découvre un tout autre univers. Des cours d’eau avec des lamas, des herbes hautes et dorées, quelques flamants roses… le lieu est sublime. On prend le déjeuner, Tim teste les milanesas au lama (viande panée cuite au four ou poêlée). Rien d’exceptionnel, tant pis, il aura essayé. On repart tranquillement, nous saluons les superbes vicuñas et reprenons quelques photographies sur la route. Décidément, on ne se lasse pas de ces beaux camélidés.

Nous aurons eu une journée grandiose, les paysages sont à tomber par terre. Certes, cette visite d’Antofogasta de la Sierra aura été rapide, mais franchement ça mérite largement qu’on s’y arrête plusieurs jours (2-3 jours semblent idéaux). Il faut peut-être alors casser sa tirelire en louant un 4×4 ou en passant par une agence. Un peu déçus de ne pas avoir vu la Laguna Blanca. Tant pis, peut-être que nous aurons l’occasion de voir ce type de paysage une autre fois. Les flamants roses n’étaient pas vraiment de la partie, car ce n’était pas la bonne époque pour les apercevoir aux abords du village d’Antofagasta de la Sierra, mais il paraît que normalement, il y en a des centaines !

Nos conseils pratiques

Activités

  • Les principaux sites à voir sur la route d’Antofagasta de la Sierra sont les suivants : la Laguna Blanca (parc naturel provincial), el Campo de Piedra Pomez, le volcan Carachi Pampa, el salar del hombre muerto (ce dernier est après le village d’Antofagasta de la Sierra). La route est aussi ponctuée de sites archéologiques non indiqués, mais les agences doivent sûrement savoir.
  • En une journée, que ce soit au départ de Belén ou d’Antofagasta de la Sierra, on ne peut pas profiter de tous les lieux d’intérêts. Pensez plutôt à y passer au moins 2 jours.

Transport

  • Ne faites pas comme nous, pour arriver à Antofagasta de la Sierra depuis Belén, il y a deux bus par semaine : départs tous les mercredis et vendredis à 12h à la gare routière de Bèlen. Retour tous les lundis et vendredi à 10h.
  • Depuis Antofagasta de la Sierra, on peut faire appel à une agence de tourisme cela revient moins chère que depuis Belén.
  • On vous déconseille de louer une voiture basique pour profiter au maximum des sites à visiter. En soit, une voiture de location peut faire la route (et encore) sur la route/piste principale, mais lorsqu’il s’agit de se rendre sur les pistes annexes (soit au plus près des lieux d’intérêts), c’est toute autre chose.
  • Si vous pensez louer un 4×4, soyez bien informé des distances à parcourir et de l’état des pistes. Vérifiez bien l’état de la roue auxiliaire. Les pistes ne sont d’ailleurs pas toutes indiquées sur l’application Maps.me. Parfois, les pistes ne se distinguent pas très bien non plus, beaucoup d’attention et un GPS semblent plus que nécessaires.
  • Les entrées des pistes permettant de se rendre au Campo de Piedra Pomez et à la Laguna Blanca sont bien indiquées.
  • Pour l’anecdote, la journée nous aura coûté 400 pesos (moins de 24€ pour 2). Il s’agit des frais d’essences.

Hébergement

  • Les prix des hébergements à Belén sont relativement élevés en comparaison des régions situées un peu plus au nord de l’Argentine. Les tarifs commençaient à 200 pesos par nuit par personne (environ 13€ fin 2016) hôtels et auberge de jeunesse compris.

Cet article vous a plu ? Un petit coup de pouce nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Wowwwww!!! Effectivement ça en met plein la vue! Ca donne envie d’aller faire un tour du côté de l’Amérique du Sud… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *