Vivre dans une ferme colombienne


Dans quel pays d’Amérique du Sud peut-on chouchouter pendant toute la journée des plants de café ? La Colombie bien évidemment ! Désherber, bouturer, entretenir, mettre en terre les jeunes arbustes, c’est ce qu’Anna a fait pendant son volontariat au sein d’une finca (ferme) pendant deux semaines. Elle a voulu connaître la vie d’une ferme colombienne familiale où l’on cultive et sème la bonne humeur.  Direction Tierra Dulce, domaine agricole situé à 3 heures de Medellín.

Est-ce que tu peux te présenter ? 

Anna Voyageuse En Amérique Du Sud Avec Son Sac à Dos

Je m’appelle Anna. J’ai 29 ans (mais très très bientôt 30). Je suis actuellement en PVT en Nouvelle-Zélande. En 2018, après avoir quitté un chouette boulot de Chargée de Communication pour l’ONG Vision du Monde, je suis partie avec mon petit backpack (forcément pailleté) pour 7 mois en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Pérou, Bolivie, Colombie). C’était mon tout premier voyage solo. Une révélation.

Pourquoi as-tu décidé de faire du volontariat pendant ton séjour à l’étranger ?

Un petit mélange de curiosité (« c’est quoi ça le wwoofing ?! »/« ça ressemble à quoi, en vrai, un plan de café ? »), d’envie d’améliorer mon espagnol balbutiant, de besoin de faire de menues économies, de désir de changer un peu de façon de voyager, de nécessité de me poser un petit moment au même endroit au milieu de mon voyage…

 Est-ce que tu peux nous parler du lieu de ton volontariat ?

Une ferme, un peu au milieu de nulle part en Colombie à trois heures de bus de Medellín. Le village le plus proche s’appelle Alejandria et est accessible en 45 minutes à pied (donc on n’oublie pas d’acheter le pain quand on y va !).

Ecole De Tierra Dulce En Colombie

L’hôte s’appelle Daniel, il a une grosse trentaine d’années et est Colombien (bien qu’ayant vécu assez longtemps au Costa Rica). Il parle espagnol et se débrouille en anglais. Il a repris la ferme familiale il y a quelques années, qu’il essaie petit à petit de rendre auto-suffisante et de cultiver en permaculture. Avec l’aide de la Région, il a planté sur une partie du terrain des plants de café et des arbres natifs. Il gère seul l’exploitation (avec l’appui des volontaires qui se succèdent pour l’aider).

Le cadre est extrêmement beau. Très vert (surtout en saison des pluies…) avec une rivière en contrebas.

Où se trouve ton volontariat ?

Le village le plus proche est Alejandria.

Comment peut-on y accéder ?

J’ai pris un bus depuis le Terminal Norte de Medellín direction Alejandria. La compagnie de bus s’appelle Guatape La Piedra. Je ne me souviens plus du tarif exact pour effectuer le trajet, mais ça ne m’avait pas semblé exorbitant. Daniel m’avait envoyé via WhatsApp le lieu où demander au chauffeur de me déposer (l’arrêt en question ne correspond pas à une station, mais était bien connu du conducteur). Daniel m’attendait à la descente du bus pour m’aider à porter mes affaires et m’accompagner jusqu’à la Finca à 15/20 minutes à pieds.

Quelle a été la durée de ton volontariat ?

J’ai passé 2 semaines aux côtés de Daniel et des autres volontaires.

 Quelles activités as-tu réalisées ?

Chaque jour, les tâches étaient réparties (par Daniel ou des bénévoles présents depuis plusieurs mois) en fonction des besoins, de la météo, des compétences et des envies de chacun-e.

Mon activité principale pendant ces deux semaines : le désherbage autour des jeunes plants de café. En saison des pluies les herbes dont les racines font concurrence aux pieds encore fragiles poussent très vite alors quasi tous les matins, on enfilait nos gants et s’armait de bêches pour désherber !

Fabrication Du Range Boutures Artisanale En Volontariat

Range Boutures Artisanale En Volontariat

L’après-midi, c’était plutôt désherbage du potager et plantations (généralement en duo ou trio) ! Boutures à séparer et répartir dans de petits sacs ou pieds matures à transplanter en pleine terre : il valait mieux ne pas craindre de se salir les mimines (hmmmm le bon mix de caca de poules/chèvres/vaches qui sert d’engrais !).

Pour trier et organiser les boutures, j’ai aussi passé un après-midi à construire une cagette de rangement : première fois de ma vie que je maniais la scie et le marteau !

Autre activité qui nous a tous pas mal occupés : la cueillette du maïs. Des heures à récolter, effeuiller, égrainer, moudre…

Vue Du Potager De Tierra Dulce En Colombie Avec Les Volontaires

Recolte Du Maïs En Volontariat En Colombie

La cuisine est également un passe-temps de prédilection à « Tierra Dulce ». J’y reviendrai un peu plus tard, mais chaque jour 2/3 heures étaient consacrées à la préparation des repas.

 Comment se déroulait une journée de travail ?

Les horaires étaient assez flexibles. Généralement la matinée durait 3h (de 9h à midi environ) et l’après-midi 1h ou 2h. Une journée par semaine on partait tous en mission course/marché à Alejandria. Et le dimanche, généralement, si le temps le permettait, la fine équipe allait se baigner ou se balader.

 Quels ont été les échanges avec l’hôte ?

Daniel a un petit côté ours solitaire qui fait tout son charme. Malgré ça il aime échanger et partager avec les volontaires !

Quand je suis arrivée c’est lui qui est venu me chercher au bus, m’a fait faire le tour du propriétaire, présenté les animaux, le terrain et son histoire, les problématiques qu’il rencontrait…

Généralement, dans la journée, les volontaires travaillaient ensemble (ou par petits groupes) pendant que Daniel vaquait à ses occupations de son côté.

En revanche il participait, avec nous tous, à la préparation (et la consommation) des repas, aux activités en soirée (film, jeux de société, observation des étoiles), aux discussions… Nous avons tous eu de nombreux échanges avec lui sur sa vision de la société, la permaculture, l’autosuffisance…

 Combien y avait-il de volontaires ?

Nous étions 7 volontaires. Tous francophones (mais ça n’est pas toujours le cas). Tous entre 20 et 30 ans. Tous super sympas (ça c’est très subjectif comme on se doute !)

La plupart des volontaires restent plusieurs semaines (dans le cas de 3 d’entres eux plusieurs mois) tant le lieu est beau, la nourriture est bonne et l’hôte sympathique !

 Comment peut-on découvrir les environs ?

Le lieu étant quelque peu excentré (= au milieu de nulle part), il n’est pas évident de faire une petite excursion à la journée ou à la demi-journée.

A quelques heures de route, facilement accessibles en bus depuis Alejandria se trouvent Medellín et Guatape où aller passer quelques jours avant/après/pendant (si votre séjour se prolonge).

Pendant mon temps libre, j’ai écrit, fait de la méditation, du yoga, de la photo, de la cuisine, bouquiné, papoté et joué à des jeux de société avec Daniel et les autres volontaires.

Quelles sont les conditions d’hébergement ?

Je partageais ma chambre avec 2 autres filles (non ronfleuses !) et j’ai même eu la « chance », hasard de calendrier, de passer quelques nuits seule. La cuisine et les sanitaires sont communs.

En bref on partage la maison de Daniel (qui est très grande), avec Daniel, comme une grande coloc.

Comment se passent les repas ?

Nous préparions tous les repas ensemble à partir des fruits et légumes qui poussent à la Tierra Dulce, du lait et du fromage des vaches de la voisine et des produits achetés une fois par semaine à Alejandria. En fonction de ses moyens chacun-e contribue à hauteur de 40 000/50 000 pesos colombianos par semaine (soit 10/15 euros) pour les courses.

Preparation Des Repas En Volontariat à Tierra Dulce En Colombie

La cuisine est végétarienne en grande partie. Très très bonne (enfin ça doit aussi dépendre des volontaires/cuistots en présence). En abondance. Avec des desserts des plus yummis à chaque repas (crème glacée maison, pancakes, gâteaux, cookies…)

La petite anecdote c’est que j’y étais au moment de la récolte du maïs (= choclo) du coup au menu c’était : beignet de choclo, soupe de choclo, gâteau de choclo, pain de choclo, arepas de choclo…

Dans la cuisine, il y a un carnet des « recettes cultes de Tierra Dulce » pour s’inspirer, mais c’est tout aussi possible de laisser libre cours à son inspiration et sa créativité (dont je suis personnellement dépourvue !).

Preparation Du Petit Dejeuner En Volontariat à Tierra Dulce En Colombie

Y a-t-il internet ?

On ne va pas se mentir c’est plutôt ambiance digital detox… Il n’y a pas de wifi et le seul opérateur qui capte un chouia de 3G/4G c’est Virgin Mobil (dont j’étais équipée… jusqu’à ce que je n’ai plus de forfait).

Sinon à Alejandria (rappelez-vous c’est à 45 minutes à pieds…) il y a du free wifi qui devrait vous permettre d’envoyer des WhatsApp à votre mamie, mais peut être pas de télécharger l’intégralité de la dernière saison de Game of Thrones.

Qu’as-tu pensé de ton volontariat ?

Le point fort de cette expérience

Des co-volontaires et un hôte au top :

  • Camille (étudiante au Conservatoire National Supérieur de Musique) nous faisait des petits concerts d’alto le soir sous les étoiles (ou la pluie – satanée saison des pluies !) quand elle ne parlait pas aux fraises avec moi
  • Sylvie et Fabien nous régalaient de tartes à l’oignon (mamma mia j’y pense encore !),
  • Daniel a retenu dès le début mes préférences en matière de café et faisait attention à ce que ma tasse ne soit jamais vide (il nous a même appris, à Fabien et moi, à torréfier les grains de café au feu de bois – j’ai senti le BBQ pendant 2 jours)
  • Caroline faisait des miracles en cuisine avec des goyaves véreuses, du lait tourné ou du choclo fermenté… Rien ne se perd, tout se transforme ! Une vraie top cheffe à l’humour ravageur !
  • Jonathan s’assurait qu’on ait toujours un petit épisode de la Casa de Papel à portée d’écran pour les nuits d’envie…

La possibilité de vivre « à l’extérieur » la plupart de la journée dans un cadre absolument magnifique.

Le point faible de cette expérience

Tous les volontaires étaient francophones ce qui aide moyen bof pour l’apprentissage de l’espagnol.

Les fameux « poux » chopés dans les plans de café et qui aiment tout particulièrement squatter et piquer au niveau des élastiques de culottes (démangeaisons garanties pendant plusieurs semaines !)

Qu’est-ce que tu retiens ?

Très chouette volontariat pour quiconque souhaite une expérience nature, gastronomie et digital detox en bonne compagnie. Ces deux semaines au milieu de mon séjour en Colombie m’ont fait un bien fou. J’ai pu prendre le temps de me poser au milieu de cette frénésie qu’est parfois la backpackerie.

 Contact

Pour contacter Daniel : HelpX ou la page Facebook de son projet.

Interlocuteur principal : Daniel Suarez Meza

 

Un énorme merci à Anna du blog My Glitter Backpack qui nous a décrit avec beaucoup de sincérité et de précision concernant son expérience dans une finca colombienne. Vivre dans une ferme et voir grandir les plantations de café dans un cadre aussi charmant, c’est clairement un volontariat que nous aurions aimé faire pendant notre séjour en Colombie. C’est d’ailleurs ce que nous avons essayé de faire. Seulement voilà, la personne qui devait nous recevoir nous a fait faux bond. Tout ça pour dire, que nous sommes heureux d’avoir reçu le témoignage d’Anna qui, je pense, donne une idée du travail que l’on peut être amené à réaliser dans une finca à café.

Tu as envie de partager ton expérience de volontariat avec d’autres voyageurs ? Contacte-nous par e-mail ou sur nos réseaux sociaux 😊

Épinglez sur Pinterest :

Vivre Un Volontariat Dans Une Ferme En Colombie Dans Les Plantations De Café

Vous êtes sur un article concernant l’expérience d’un volontaire invité sur le blog.

L’idée est d’éclairer les voyageurs qui souhaitent s’investir dans le volontariat à travers les témoignages d’autres voyageurs : Comment ça se passe un volontariat ? Quelles sont les activités que l’on peut être amenés à réaliser ?  Quels sont les réels échanges entre les hôtes et les volontaires ? Bien sûr, cet avis est propre à celui de son auteur. Le vôtre sera sûrement différent. Vous pouvez retrouver toutes nos expériences de volontariats et celles des voyageurs dans la rubrique « Volontariat ».

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cet article a une note moyenne de 4.9 / 5. Nombre de votes :

Comme cet article vous a plu ...

Peut-être aimeriez-vous nous suivre sur les réseaux sociaux ?

Désolé que cet article vous ai déplu

Vous pouvez nous aider à l'améliorer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *