Une super expérience de volontariat dans la province de Cordoba


Plateforme de volontariat : Workaway
Durée du volontariat : 2 semaines
Période du volontariat : 1er au 15 septembre

 Présentation du lieu

Une petite présentation du village s’impose : San Marcos Sierras. C’est un village un peu atypique de l’Argentine et qui fait beaucoup parler de lui. En effet, il y a plusieurs dizaines d’années (les années 60 pour être plus précis) des « hippies » sont venus s’installer sur cette terre propice à l’agriculture, loin de toute pollution. Ils étaient en quête d’un endroit vierge pour vivre sainement et inspiraient à un style de vie simple. Aujourd’hui, je dirai que ce sont plutôt l’équivalent de nos « écolos » en France avec un peu de vêtements « hippies ». On vous parlera un peu plus de San Marcos Sierras dans un prochain article.

Nous étions chez Juan et Fernanda, dans une maison située en bordure du Rio Marcos, la rivière qui passe dans le village. Ils possèdent un terrain d’un hectare où se trouvent une maison principale, une maison pouvant accueillir des touristes ou des volontaires, un potager et des arbres fruitiers. Sur certaines périodes de l’année, ils accueillent des stages ou des retraites de yoga. Ainsi, le couple propose l’hébergement et la restauration le long du séjour. Sinon, Juan travaille également dans l’énergie solaire et est amené à installer des panneaux solaires pour les maisons dans le coin. Il tient aussi une entreprise pour l’installation et la maintenance d’internet chez les particuliers.

Situation géographique

Province : Cordoba

Le village de San Marcos Sierras se situe à environ 150km de Cordoba, la capitale de la province du même nom. La maison de Juan et Fernanda est à environ 6km du centre du village. Il y a plusieurs commerces dans les environs, mais que seuls les habitants connaissent. Juan vous indiquera volontiers toutes les bonnes adresses.

Comment y accéder ?

Depuis Cordoba, il y a des bus en tout début de matinée qui nous emmènent dans le village. Ensuite, il faut compter 5-6 km depuis l’arrêt de bus pour arriver jusqu’à la maison. Celle-ci se trouve loin de la place principale, on peut donc s’y rendre à pied, en stop ou avec un remis. Il y a quelques bus qui passent dans la commune et qui desservent les environs. L’un des arrêts se trouve à deux pas de la maison.

Quelles ont été les activités réalisées ?

Cela dépend de la saison et des projets en cours, mais voici un aperçu des activités que nous avons pu réaliser.

  • Arrosage : les jeunes arbres fruitiers nécessitaient beaucoup d’eau, cela faisait partie de nos activités récurrentes la première semaine du workaway. Arrosage quasi journalier des plantes, du potager et des plantes aromatiques autour de la maison
  • Construction d’un poulailler
  • Installation d’un nouveau système d’arrosage par goutte-à-goutte pour les arbres fruitiers : déblayage, réalisation du circuit et installation des tuyaux
  • Nettoyage des bassins d’eau pour accueillir de nouveau les plantes et les crapauds 🙂
  • Création et nettoyage de sentiers dans le jardin
  • Maintenance d’un système de goutte-à-goutte pour les plantes aromatiques
  • Récupération de pierres et de sable sur la plage pour la future construction d’un dôme géodésique
  • Réparation du toit de la terrasse de la maison accueillant les volontaires
  • Peinture du toit de la maison principale

Comment se déroule une journée de travail ?

En théorie 3 heures par jour. Cela dépend aussi de la météo, de l’envie, des matériaux disponibles… En générale, on commençait autour de 10 h / 10h30 pour terminer autour de 12h /12h30. Ensuite, on mangeait vers 13 heures pour finir autour de 15h / 16h (avec maté et discussions…) puis on travaillait 1h ou 2h en fin d’après-midi. C’était assez variable, il y a des jours où l’on travaillait davantage pour se laisser l’après-midi du lendemain par exemple.

 Quels sont les échanges avec l’hôte ?

Les échanges étaient nombreux et de toute sorte. Nous étions toute la journée ensemble, les discussions étaient alors nombreuses. Juan nous a permis d’en savoir un peu plus sur le village de San Marcos Sierras et ses alentours. Il nous aussi fait découvrir les méthodes de bioconstruction et nous a expliqué comment l’eau et l’énergie solaire étaient utilisées dans sa maison.

Fernanda ayant vécu au Mexique et en Amérique du Nord, a été inondée de questions sur ces deux pays. Nacho et Paula – le couple de volontaires chilien, avec lequel nous travaillions – nous ont donné des tonnes de conseils pour visiter le Chili, partager leurs passions pour les oiseaux et nous ont appris à parler chilien. Voici, l’une de leurs expressions que j’adore : Hace mas frio que pedo de pinguino. Il fait plus froid qu’un pet de pingouin.

Combien y a-t-il de volontaires ?

Nous étions 4 volontaires. Un couple chilien adorable et nous. Juan nous disait que c’était la première fois qu’ils recevaient 4 volontaires en même temps. Habituellement, ils reçoivent  entre 1 et 3 volontaires.

Comment découvrir les environs ?

Il y a le bus qui passe juste à côté de la maison, pour ensuite se rendre dans le centre du village. À partir de là, on peut découvrir le Rio Marcos, ou encore marcher 6-7 km pour atteindre le Rio Quilpo. Ce sont des endroits idéals pour se reposer, se balader, se baigner, boire un maté, pique-niquer, faire un asado et profiter du soleil.

Quelles sont les conditions d’hébergement ?

Il y a une maison que les volontaires peuvent occuper. Il y a un espace de cuisine (jamais utilisé lors de notre venue), un lit deux places et une chambre séparée avec un lit deux places également. Il y a des toilettes et une douche au feu de bois que nous partagions. Un dôme géodésique est en construction pour pouvoir accueillir des volontaires lorsque la seconde maison est occupée par des touristes.

Comment se passent les repas ?

Les repas étaient réalisés principalement par Juan, mais nous l’aidions à les préparer. Comme nous avions convenu sur le site, nous partagions le coût des courses. Cela représente 600 pesos pour deux (incluant les petits déjeuners, les déjeuners et les diners) pour une semaine, c’est-à-dire 2,60€ par jour et par personne, ce n’est pas du tout hors de prix. D’autant plus que nous mangions très varié avec des produits bio, savoureux et de saison, les meilleurs que nous ayons mangés jusqu’à présent en Argentine ! Dédicace au fromage de chèvre, au miel et aux super fruits et légumes. Les repas ne comprenaient pas de viande, mais étaient souvent accompagnés de légumineuses riches en protéines.

Y a-t-il des équipements pour les volontaires ?

Quelques paires de gants et quelques outils, mais d’après nous, pas assez pour tout ce qu’il y a à faire.

Y a-t-il internet ?

Oui, mais comme l’énergie est uniquement fournie par les panneaux solaires, internet est à consommer avec parcimonie (tout dépend du temps).

volontariat-workaway-argentine-cordoba-san-marcos-sierra-le-phare-qui-veille-sur-la-maison

Qu’est-ce qu’on en pense ?

Le point fort de cette expérience

Pour nous, le véritable point fort de cette expérience a été les échanges entre nos hôtes et les volontaires. Faire à manger ensemble, prendre le maté au bord de la rivière avec les pieds dans l’eau, faire des pizzas autour d’un feu de camp, pique-niquer… parler de tout et de rien. Ça ressemblait plus à des vacances entre potes qu’à un volontariat. Fernanda et Juan savent mettre à l’aise leurs volontaires et nous nous sommes très rapidement sentis bien chez eux.

Le point faible de cette expérience

On n’y peut pas grand-chose, mais la météo n’a pas été avec nous au début ! Il a fait un froid glacial presque toute la première semaine et on ne peut pas dire que c’était hyper encourageant pour travailler et profiter des alentours…

En bref

La maison étant autonome en électricité grâce aux panneaux solaires, Juan a pu nous expliquer son fonctionnement.

 Nous espérions pratiquer la bioconstruction à San Marcos Sierras, qui nous paraissait l’un des lieux idéals (avec le village El Bolson près de Bariloche) pour apprendre sur le sujet. Nous avions compris que l’on pratiquerait, mais nous nous sommes apparemment trompés.

En revanche, nous avons appris beaucoup de choses sur la bioconstruction de façon théorique. Juan et Fernanda ont pris le temps de nous expliquer avec quelles méthodes leurs maisons ont été construites. Ils nous ont également emmenés dans d’autres propriétés de San Marcos Sierras pour nous montrer d’autres exemples de bioconstructions.

 Contact

Si vous souhaitez contacter l’hôte de ce Workaway, passez par la plateforme du site, voici le lien : Eco-projet à San Marcos Sierras

Merci à Juan et Fernanda, de nous avoir accepté chez vous. C’était une chouette expérience et nous en garderons de très bons souvenirs.

Merci à Rutasilvestre, Nacho et Paula de nous avoir permis d’utiliser certaines de leurs photographies de ces incroyables souvenirs. Suivez-les sur Facebook ou sur Instragram, ils ont de superbes photos !

Vous êtes sur un article concernant l’une de nos expériences en tant que volontaires. L’idée est d’éclairer les voyageurs qui souhaitent s’investir dans le volontariat : Comment ça se passe ? Quelles sont les activités que l’on peut être amenés à réaliser ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les réels échanges ? Combien y a-t-il de volontaires ? Est-il difficile de visiter les environs le week-end ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées avant de débuter cette aventure. Nous passons par le site de workaway et wwoofing Argentina pour prendre contact avec nos hôtes. Bien sûr, notre avis nous est propre ainsi que nos diverses expériences passées chez nos hôtes. Le vôtre sera sûrement différent.

Cet article vous a plu ? Un petit coup de pouce nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Un bon moment d’échange et de partages pour découvrir une autre culture.

    Un beau projet, je découvre les articles et c’est vraiment beau à lire.

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *