Explorez la Cueva de las Manos avec nous !


Avant même de partir en Argentine, nous avions quelques petites idées de ce que nous voulions absolument voir. La Cueva de las Manos (la grotte des mains) en faisait partie. Il s’agit d’un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour l’importance de ses peintures rupestres. C’est aussi l’un des premiers et plus importants sites d’installation de chasseurs-cueilleurs d’Amérique du Sud.

Visiter la Cueva de las Manos

Pour voir la Cueva de las Manos, il faut attendre à l’accueil du site qu’une visite guidée débute. En haute saison (de décembre à février), il y a des départs très réguliers et la visite dure 45 minutes. On enfile des casques de chantier et on commence par avancer le long d’une grosse paroi rocheuse. Un chemin a été aménagé pour le tourisme, mais à l’époque des premiers habitants de cette grotte, ça devait être nettement plus compliqué. Évitez quand même d’y aller en tongs ou en sandales. Bref, on marche un peu et on arrive aux premières traces de mains. On peut également repérer quelques peintures d’animaux, il s’agit de guanacos qui peuplaient largement la zone à cette époque (Si vous voulez savoir ce qu’est un guanaco, vous pouvez en voir dans notre article dédié à la Péninsule Valdés).  D’ailleurs, de quelle époque parlons-nous ? Il semblerait, d’après les éléments retrouvés sur place, que la grotte était occupée il y a plus de 13 000 ans et jusqu’à il y a 1000 ans. On distingue même une scène de chasse assez intéressante. Les artistes auraient utilisé le relief de la paroi rocheuse pour représenter le paysage situé en face de la grotte. On voit donc des silhouettes humaines en train d’encercler des guanacos pour les diriger dans une impasse.

cueva-de-las-manos-argentine-paroi-pleine-de-mains-peinture-rupestre
cueva-de-las-manos-argentine-scene-chasse-paroi-peinture-rupestre

Certaines traces de mains n’ont pas 5 doigts. Est-ce que son auteur était blessé ? Est-ce qu’il avait une malformation ? Ou alors était-ce juste un petit farceur ? On ne sait pas… Il y a aussi une trace de main à 6 doigts et une de 3 doigts allongés ! Les fans d’History Channel penseront sûrement aux extra-terrestres. Pour celle de 3 doigts, il s’agit en fait de traces de pattes de Ñandu (ou Nandou de Darwin en français). C’est un animal de la même famille que l’autruche dont se nourrissaient vraisemblablement les habitants de cet abri. À quoi ça ressemble un Ñandu ? En image sur par ici 

cueva-de-las-manos-argentine-main-trois-doigts-choique-nandu-peinture-rupestre
cueva-de-las-manos-argentine-main-trois-doigts-peinture-rupestre
cueva-de-las-manos-argentine-main-six-doigts-peinture-rupestre

Plus on progresse sur le chemin et plus on avance dans le temps. En effet, les peintures rupestres les plus éloignées de l’entrée sont aussi les plus modernes. On le voit très nettement, car les peintures sont plus nettes et la peinture est plus vive. Elles n’ont pas subi les outrages du temps comme les plus anciennes. On voit également d’autres motifs abstraits, ou de créatures imaginaires. Une des explications serait que les habitants de cette zone peignaient ce qu’il voyait en rêve.

Les peintures sont aujourd’hui très bien conservées. C’est lié à plusieurs facteurs : la falaise abrite les peintures de l’eau et du soleil et la grotte n’est pas fermée. Comme l’air est très sec dans cette région, aucun champignon n’altère les peintures.

cueva-de-las-manos-argentine-dessins-animaux-humains-peinture-rupestre

À la fin du chemin, on a une superbe vue sur le canyon du Rio Pinturas. Ce n’est pas étonnant que des peuples nomades se soient installés (momentanément) dans cette superbe vallée. Ils avaient de l’eau, de la végétation et très certainement de nombreux guanacos et ñandus comme source d’alimentation.

cueva-de-las-manos-argentine-canyon-rio-pinturas

Nous repartons ensuite sur la route, les Argentins avec qui nous sommes arrivés en autostop nous emmènent jusqu’à la ville de Gobernador Gregores. On passe la nuit avant de se lancer dans une journée de stop à attendre que quelqu’un passe sur une route que pratiquement personne n’emprunte…

Comment se rendre à la Cueva de las Manos ?

Lorsqu’on a vu où se situait la Cueva de las Manos sur une carte (c’est-à-dire au milieu de nulle part), on s’est tout de suite dit que ce serait compliqué d’y aller sans voiture. Le site se trouve à proximité de la fameuse route 40, mais un peu au milieu de nulle part… Si vous connaissez cette fameuse route, vous savez ce que ça signifie. On peut donc arriver à la Cueva de las Manos par le nord ou par le sud.

L’accès par le nord est sûrement le plus simple, car le site de la Cueva de las Manos se trouve à un peu plus de 60km de la ville Perito Moreno (à ne pas confondre avec le glacier ni avec le parc national du même nom…). Cette ville pourrait faire une bonne base pour faire des courses et trouver un hébergement. Évidemment, nous n’arrivons pas par le nord, mais par le sud. C’est là que ça se complique, car notre ultime étape avant la Cueva de las Manos, c’est El Chalten (500km plus au sud…).

Pour nous y rendre, nous avons en fait 2 solutions. La première est de prendre un bus au coût excessif depuis El Chalten en direction de Perito Moreno (environ 75€ par personne pour un peu moins de 600 kilomètres). Le bus s’arrête au croisement, et il faut ensuite envisager de faire du stop. Nous optons donc pour la seconde solution, c’est à dire de faire du stop depuis El Chalten et compter sur la chance !

On se poste donc à la sortie du village d’El Chalten aux aurores, on lève le pouce, on sourit et on attend. Environ 2h plus tard, c’est la chance qui nous sourit en retour. Une voiture avec un couple de touristes argentins s’arrête et ils nous prennent en stop pratiquement jusqu’à la Cueva de las Manos. En réalité, on s’est arrêté en cours de route et avons campé avec eux à 2 reprises près du Lago Posadas, on a vu des peintures et gravures rupestres avant même d’accéder à la Cueva de las Manos. Ces peintures et gravures ne sont pas protégées et certains abrutis plaisantins sont venus ajouter leur propre touche artistique…

pont de pierre dans le lago posadas en argentine

Nous avons bien fait de nous mettre au défi d’aller voir la Cueva de las Manos. Même si le lieu semble perdu au milieu de nulle part, en haute saison, quelques véhicules passent par là et le stop fonctionne ! Le site est magnifique et les peintures sont vraiment nombreuses et bien préservées dans l’ensemble. Le seul point négatif est que ce site est protégé par des grillages seulement depuis 2006 alors qu’il est connu depuis beaucoup plus longtemps et même inscrit à l’UNESCO depuis 1999. Certains individus mal intentionnés sont venus dégrader le site en mettant leurs propres empreintes ou en extrayant certaines empreintes pour les ramener chez eux ou les vendre… Rassurez-vous, les fausses empreintes ne sont pas très nombreuses et se distinguent clairement des vraies. Si vous voulez voir des empreintes de mains sans avoir à venir en Amérique du sud, vous pouvez aller voir la grotte de Gargas dans les Pyrénées. Ses empreintes de main datent d’il y a plus de 30 000 ans !

Nos conseils pratiques

Activité 

  • La visite de la Cueva de las Manos coûte 200 pesos pour les étrangers et 100 pesos pour les Argentins (2016 / 2017). Si vous passez avec des Argentins, donnez-leur l’argent pour qu’ils payent votre entrée et bénéficiez du tarif local 😉 (Oui, il y en a marre d’être considéré comme un portefeuille sur patte)

Transport 

  • Pour accéder à la Cueva de las Manos vous avez deux options. Vous pouvez arriver par le sud depuis El Chalten ou par le nord depuis Perito Moreno. Dans les deux cas, il faudra soit faire du stop, soit prendre le bus. Sachez quand même que le bus depuis El Chalten coûte environ 75€ (aller simple…). Nous avons opté pour le stop et il faut dire que ça a plutôt bien marché pour nous, mais nous étions en haute saison (de décembre à février).
  • Une fois près de la Cueva de las Manos, si personne ne vous emmène directement, il vaut mieux vous arrêter à l’accès le plus au sud, c’est là que passent la plupart des touristes.
  • Il existe aussi une randonnée d’une vingtaine de kilomètres qui part depuis une estancia (sorte de grande ferme) dans laquelle vous pouvez dormir.
  • L’ultime solution, valable depuis la ville de Perito Moreno, est de passer par une agence. Il propose le transport jusqu’à l’entrée du site et le retour en ville, mais on n’a même pas osé chercher les tarifs.

Hébergement

  • Il y a une estancia à proximité de la Cueva de las Manos, ce n’est pas vraiment pour les petits budgets, mais vous pouvez y jeter un oeil : Hosteria Cueva de las manos.
  • La ville de Perito Moreno peut-être un bon point de chute pour visiter la Cueva de las Manos, elle se trouve à environ 60km au nord.

Si vous venez du sud, vous pouvez dormir dans la ville de Gobernador Gregores. De là, si vous allez au nord, c’est plutôt facile de faire du stop. Si vous allez vers le sud, c’est beaucoup plus compliqué, car la route est dans un état désastreux. La plupart des voitures se dirigent vers la côte Atlantique et ne suivent pas la route 40. Mais rien n’est impossible, nous avons été pris en stop jusqu’à El Chalten et même La Esperanza après « seulement » 8h d’attente 🙂 La Esperanza, c’est juste un pâté de maison au milieu de nulle part. Son nom vient du fait que c’était le seul point de ravitaillement sur des centaines de kilomètres et les gens qui passaient par là « espéraient » qu’ils pourraient se ravitailler ici. Bref, on a demandé à la station essence de La Esperanza si on pouvait planter la tente à l’arrière de la boutique et ça ne leur a pas posé de souci, c’est même quelque chose d’assez habituel pour eux apparemment.

Cet article participe à l’événement interblogueurs “Au coeur de la Patagonie”, organisé par Mathieu Guillouzo du blog www.chilivoyages.com. Si cet article vous plaît, merci de voter pour lui en cliquant ici

pinterest-cueva-de-las-manos
Explorez la Cueva de las Manos avec nous !
5 (100%) 6 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *