Uyuni : quand le mot aventure prend tout son sens


Notre séjour en Bolivie a été ponctué de tonnes de péripéties et d’aventures. Je pourrais passer la journée à vous expliquer de vive voix comment nous sommes arrivés sur l’Isla del Sol du mauvais côté, comment un guide a « oublié » de nous emmener sur un des sites archéologiques, comment nous avons traversé un fleuve suspendus à un câble par une simple corde pour deux et sans sécurité et bien d’autres choses. Notre excursion pour découvrir le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez n’a pas échappé à la règle. Bus interminables, crevaisons multiples des pneus de la jeep, véhicule coincée dans un cours d’eau partiellement gelé puis dans la neige, météo glaciale, sites inaccessibles… On peut dire que ça rajoute du piquant à une sortie où la nature n’est pas des plus hospitalières ! En plus de voir des paysages fantastiques, vous serez surpris de lire tout ce qui peut bien se passer lors d’une excursion ! Allez en route ! Si vous n’êtes pas encore prêt pour partir et que vous souhaitez connaître toutes les informations pour préparer votre tour (météo, Tupiza vs Uyuni vs San Pedro de Atacama, etc.), on a écrit un guide pratique par ici chers lecteurs ! Si c’est le récit de nos péripéties hors du commun qui vous intéresse (aucune exagération), vous êtes au bon endroit !

Bolivia Express

Oh la la ! Visiter le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez n’a pas été une mince affaire ! Par où commencer ? Je crois que le début de cette aventure débute avant même que nous n’arrivions en Bolivie. Nous avions prévu de faire l’excursion de 3 jours depuis le Chili, mais étant donné que la frontière était fermée pour « raisons climatiques », nous devions soit attendre (sans savoir quand ça se débloquerait), soit passer par une frontière plus au nord du pays. Nous avons opté pour cette dernière option. Yeah ! Je précise que cela engendre un trajet de plus de 8 heures en bus. Nous ne sommes plus à quelques heures de bus près de toute façon ! Avec un bus moyennement confortable et une alternance de route et de piste.

Le bonus, c’était les paysages de folies que nous avons traversés. Depuis le Chili et plus exactement de San Pedro de Atacama (retrouvez notre roadtrip sur ce cet article), nous avons rejoint la ville d’Uyuni. Vous me direz, « eh bien, vous voilà à bon port ! ». Oui et non, parce qu’on c’était dit, que soit on partait de San Pedro de Atacama pour faire le tour soit depuis Tupiza ! Oui, nous sommes du genre à nous compliquer la vie. Bref, nous descendons du bus à Uyuni, les yeux encore gonflés de notre nuit de sommeil agitée. Le dépaysement opère en quelques minutes, nous croisons des cholitas (descendantes d’indigènes Aymara  avec leurs costumes traditionnels), le trafic chaotique aux voitures déglinguées et poussiéreuses et enfin nous foulons des trottoirs recouverts de sable. À peine arrivés, nous décidons de faire un tour dans la ville et gambader entre les allées du marché. Tim trouvera rapidement un encas, histoire de ne pas rester avec le ventre vide trop longtemps (question de survie pour lui). Nous étions avec notre ami Belge Lucas, avec qui nous avons fait connaissance lors d’un roadtrip à San Pedro de Atacama. On décide de se poser pour prendre un petit déjeuner, profiter du WiFi pour vérifier quelles sont les solutions envisageables pour arriver à Tupiza. Allons à Tupiza ! C’est juste 6 h de bus, de toute façon, nous on adore ça ;).

À Tupiza soit Api !

Suis-je si nulle en anglais pour orthographier « Happy » en « Api » ? Peut-être pas non, enfin j’espère ! L’Api, c’est un élément incontournable du petit-déjeuner officiel bolivien et c’est à Tupiza que nous avons goûté les meilleurs ! C’est quoi au juste ? Il s’agit d’une boisson chaude réalisée à partir de maïs ! J’entends déjà des BEURKS au fond de la salle. Hop Hop Hop ! Figurez-vous que c’est délicieux ! Le maïs utilisé est souvent le maïs mauve, plus sucré que le jaune, il est très utilisé dans la culture andine. On l’agrémente de quelques épices comme des clous de girofles et de la cannelle. Le sucre  est évidemment de la partie (on vous filera la recette). On boit généralement l’api avec un « pastel ». En Bolivie, le pastel, c’est une sorte d’empanada très fine avec du fromage à l’intérieur et on saupoudre le tout de sucre glace (au cas où la boisson n’était pas déjà assez sucrée). Bref, c’était le conseil gourmandise. Tupiza est un village charmant où nous sommes restés deux jours à profiter des alentours et de son marché, on vous en parle à travers un article très prochainement 🙂 .

Un Pastel En Bolivie Comme Une Empanada Très Fine Avec Du Fromage Et Saupoudrée De Sucre Glace

Verre De Api Une Boisson Bolivienne A Base De Farine De Maïs Violet Canelle Clou De Girofle Et Sucre

Quelle agence choisir à Tupiza ?

Parlons maintenant de choses sérieuses !

Nous avions eu des recommandations par-ci par-là. Ensuite, Lucas nous rapporte que des amis ont passé un incroyable séjour avec un guide avec l’agence Natural Adventure. Nous faisons un benchmark de toutes les agences pour tenter différencier les offres et les tarifs proposés. Grosso modo, ce sont les mêmes tours et les tarifs sont étrangement similaires. Ce qui va changer, c’est la qualité du service et l’attention portée aux touristes lors de l’excursion, mais aussi la bonne humeur et le professionnalisme de votre guide, la présence d’une cuisinière, des repas plus ou moins chauds et variés, la présence de bonbonne d’oxygène, d’une radio de secours, l’état du véhicule… Des détails qui peuvent avoir beaucoup d’importance pour le bon déroulement du trip et les attentes de chacun. Malheureusement, ces éléments sont souvent tous « garantis » par le propriétaire de l’agence, mais loin d’être respectés.

La recommandation d’un guide et d’une agence par un voyageur qui vient tout juste (grand max : 1 mois) de faire le tour vaut donc de l’or. C’est ce que je vous recommande d’obtenir lors de vos recherches sur le web (forums et groupes Facebook notamment) ou sur place.

C’est a priori, un bon point de départ pour « s’assurer » que l’expédition va bien se passer. Ce n’est pas non plus une garantie, il faut aussi être prêt à cette éventualité. Par exemple, nous voulions partir à 4 touristes, 1 chauffeur particulier et une cuisinière. Nous avions tellement lu qu’une cuisinière pouvait faire toute la différence pour les petits plats préparés sur la route que nous tenions à en bénéficier. Partir avec un petit groupe de touriste (soit 4 en l’occurrence) permet de ne pas occuper la banquette du fond particulièrement étroite et inconfortable.  Bref, au moment du départ, on apprend que nous serons 5 touristes sans cuisinière et un chauffeur/guide qui n’est pas celui qu’on nous avait assuré. Nous nous retrouvons sur le fait accompli, nous n’avions pas non plus l’envie de renoncer pour ces « petits » détails et nous voilà partis pour l’aventure 🙂 . En route ! À nous le Sud Lipez et ses petites pépites. Cerise sur le gâteau : le désert d’Uyuni !

Jour 1 : El Sillar, un schtroumpf mécano et des lamas

Nous partons une bonne demi-heure en retard, ce qui, en Bolivie, est tout à fait normal. Depuis l’agence, notre premier arrêt est surprenant : le marché du village de Tupiza. Le chauffeur nous prévient qu’il revient dans quelques minutes parce qu’il doit faire des achats. On le voit revenir une quinzaine de minutes plus tard avec un sac plastique rempli de légumes, ce qui est plutôt rassurant, puisque nous allons pouvoir manger autre chose que des pâtes et du riz. Voilà, c’est parti, nous sortons de Tupiza. 3, 2, 1 Top chrono !

Le Sillar Et Ses Formations Rocheuses Incroyables Près De Tupiza En Bolivie

On peut dire que l’excursion commence fort !

Les paysages sont extras, petit à petit, des formations rocheuses qui semblent tout droit sorties d’un film de science-fiction apparaissent devant nos yeux. Cela nous rappelle notre roadtrip au sud de Salta en Argentine. Nous avions adoré ce coin ! Quand on voit ça, on se sent vraiment (mais vraiment) tout petit.  Notre guide nous installe le petit-déj sur le coffre de la jeep, histoire de se requinquer et de nous réchauffer avec de l’eau chaude. Ça caille !

Petit Déjeuner à L'arrière D'une Jeep Pendant Une Excursion Dans Le Sud Lipez Et Uyuni En Bolivie

Malgré le retard que nous avions pris en matinée, nous arrivons les premiers sur le site. Ou alors les autres étaient déjà repartis. Quoi qu’il en soit, le chauffeur nous invite à remonter dans le véhicule tandis que deux jeeps débarquent à leurs tours. Le prochain arrêt ravit tout le monde, surtout nous, les estomacs sur pattes. Une petite dame a déjà mis les couverts et nous attendait pour lancer la cuisson du poulet frit. Nous entrons dans son humble maison, nous nous mettons à table calmement à attendre comme des enfants notre souper. Oui l’altitude, ça creuse ! Petite soupe en entrée suivie d’un plat de riz et de poulet frit.

C’était bon, mais il faut avouer que nous sommes restés sur notre faim. Soit nous sommes des morfales soit c’était un peu frugal, à vous de voir. On reprend la route, notre guide n’hésite pas à s’arrêter lorsque les points de vue se prêtent à la contemplation. Un arrêt plus long s’impose lorsque nous croisons des lamas et des mules sur la route. Juste A-D-O-R-A-B-L-E-S ! Et là, je deviens complètement gaga. Tandis qu’eux nous observent en mastiquant et se demandent sûrement pourquoi on reste plantés là, en train de les regarder manger.

Deux ânes Dans Le Désert Bolivien Près De Tupiza

Photo bombing de lama

Notre chauffeur profite de ce moment de divertissement / diversion  pour changer un pneu crevé. Il enfile en un temps record sa combinaison bleue de schtroumpf, comme s’il enfilait une robe de chambre, et se hâte à la tâche. Une fois le pneu changé (par un autre pneu presque lisse), on repart illico presto vers notre prochaine destination. Direction le pueblo fantasma (village fantôme) de San Antonio de Lipez, datant du début 17e siècle et situé à 4 690 m d’altitude ! Il a été construit sous l’impulsion des colons pour accueillir des villageois et ceci dans le but d’exploiter les richesses minérales du coin. Nous n’apprendrons pas grand-chose de ce site, où nous nous sommes uniquement baladés entre les ruines et avons joué à cache-cache avec les viscaches des montagnes. Ces animaux aux grandes oreilles de la famille des chinchillas profitent du ciel bleu et se réchauffent au soleil.

Des Vizcachas Ou Lièvres De Pampa Dans Le Sud De La Bolivie

Village Fantôme Une Ancienne Mine A Plus De 4000m D'altitude En Bolivie

Le village fantôme

Nous reprenons la route, enfin la piste plutôt, pour aller jusqu’à la laguna Morejon. Pour y arriver, nous traversons de petits cours d’eau produits par la fonte des neiges. L’un d’entre eux aura raison du 4×4. Impossible de sortir du ruisseau, notre chauffeur munit de ses bottes en caoutchouc, sort pour extraire la pelle du toit de la jeep et analyse la situation. Deux trois coups de pelle par-ci par-là, un gros caillou pour combler le trou… On aimerait voir ce qu’il en est, mais nous n’avons pas de chaussures imperméables. Et puis, crotte ! On sort tous du véhicule. Nous voilà à pousser la voiture de toutes nos forces pendant que le chauffeur accélère, la jeep bouge de plusieurs centimètres, mais nos efforts restent vains.

La Jeep Du Tour Organisé Pour Uyuni S'est Embourbée Dans Une Rivière Glaciale

Tadiiiiin

Deux autres jeeps débarquent et traversent sans aucun souci. Ils seront nos sauveurs de la journée et nous verrons que par la suite, ils deviendront nos super héros attitrés du séjour. En deux temps trois mouvements une corde est attachée à l’une des jeeps pour sortir notre voiture de l’impasse. Nous étions contents que le problème ait été réglé aussi rapidement (moins d’une heure !). On s’empresse de rentrer dans le véhicule, nous avions les pieds trempés et impossible de nous changer dans l’immédiat, car nos affaires étaient sur le toit. Ce qui va nous réconforter, c’est d’apercevoir la lagune Morejon et la silhouette du volcan Uturuncu.

Vue Sur Les Montagnes Et La Lagune Dans Le Désert Bolivien Du Parc Eduardo Avaroa

Nous arrivons en fin de journée au village de Quetena Chico (4 300m d’altitude), un village où se jalonnent des maisons détruites par le temps et d’autres très rustiques. Parmi ces modestes habitats se trouvent plusieurs petites auberges. Nos hôtes nous préparent un délicieux plat bien chaud, ce qui n’est pas de refus avec ce temps glacial ! En arrivant, j’ai constaté que les autres chambres étaient vides, je me suis empressé de demander si on pouvait utiliser les couettes des lits inoccupés pour tout le groupe. Nous avons pu dormir à peu près au chaud. Attention, c’était loin d’être un sauna ! Ah oui, la douche on oubli. Elle est froide (gelée), avec ce temps ce n’est juste pas possible. Cette nuit-là on découvrira qu’il y a quelques ronfleurs parmi nous…

2ème jour : flamants roses, lagune verte, lamas blancs

Une grosse journée nous attend, on gobe notre petit déjeuner avec des petits pains délicieux (secs et sans goût …). De bon matin, nous avons la joie de rencontrer des dizaines de lamas dans leurs enclos. Ils ne sont pas encore très réveillés, les yeux encore à moitié fermés, on pourrait penser qu’ils nous font du charme avec leurs cils extralongs.

Un Lama Marron Trop Mignon Dans Le Sud Lipez

un regard de biche, n’est-ce pas ?

Je me dis que notre chauffeur doit trouver incompréhensible notre fascination (presque personne n’échappe à la règle hihi) pour cet animal. Imaginez en France, un touriste en train de prendre 15 000 photos d’un mouton, qu’ils se mettent à lui parler, le trouver mignon et marrant à la fois.  Étrange, non ?

Aujourd’hui, nous allons voir plus d’une dizaine de lagunes, toutes différentes les unes des autres. Qu’est-ce qui les rend si originales ? Leurs tailles, leurs odeurs, mais surtout, leurs couleurs. Les couleurs fantastiques de ces lagunes sont dues aux minéraux présents dans l’eau. Nous commençons par la laguna Hedionda (en français, la lagune puante). Non seulement le plan d’eau est magnifique, mais ce sont aussi les montagnes alentour qui confèrent à ce décor une ambiance incroyable. En prime : des lamas qui broutent et des flamants roses qui dansent. Oui comme ceux-là :

flamants roses laguna chaxa san pedro de atacama chili

 

On file à la laguna Kollpa et on s’accroche à nos lunettes de soleil. Cette lagune a la particularité d’être exploitée pour en extraire du borax (tétraborate de sodium décahydraté pour les docteurs en minéralogie qui nous suivent :)). Elle est découpée de petits chemins qui permettent aux ouvriers de circuler entre chaque bassin. Le lieu est tellement esthétique que l’on décide d’y boire un petit maté. On lève la tête, on se rend compte que notre schtroumpf mécano est de retour. La première crevaison de la journée.

Encore Une Réparation Sur La Jeep En Bolivie Pendant Un Tour Organisé

Cristaux De Borax Dans Une Lagune Du Sud Lipez En Bolivie

L’aventure continue avec la traversée du désert de Dalí, difficile de quitter les yeux du parebrise avant et les vitres sur les côtés du véhicule tellement c’est joli ! Nous allons voir l’un des musts de la réserve Eduardo Avaroa, la laguna Verde. La densité du vert de la lagune varie en fonction de la température, de l’heure et du vent. Pour faire simple, si le lac est presque gelé, la lagune est davantage de couleur bleue laiteuse. Si la météo est favorable et sans vent, la lagune prend une teinte de jade et offre un superbe reflet du volcan Licancabur. On reste une trentaine de minutes en face de cette beauté et on immortalise ce moment. Notre chauffeur quant à lui n’a décidément pas une minute de repos. Il a revêtu sa combinaison bleue et répare, avec ses confrères de diverses compagnies de Tupiza, un pneu du 4×4.

Réparation De Jeep Pendant Le Tour De Uyuni Avec Le Volcan Licancabur En Fond

C’est concrètement à partir de ce moment qu’on se retrouve avec des dizaines de jeeps provenant d’Uyuni et peut-être même de San Pedro de Atacama (la frontière a dû rouvrir). Une fois le pneu réparé, nous nous sommes dirigés vers les eaux thermales de Polques (Aguas Termales de Polques).

Eaux Thermales Dans Le Sud Lipez En Bolivie Pendant Un Tour Organisé

Des sources chaudes (payantes) aménagées dans un incroyable décor, ça peut donner envie. Il n’y a personne à l’horizon, néanmoins, je n’ai aucune envie de me désaper. Le vent glacial n’aide pas vraiment à se motiver. Et puis quelques minutes plus tard, toutes les jeeps arrivent, le silence est rompu et les thermes sont envahis. Tant pis ! Cette fois-ci, c’est le petit restaurant des thermes qui nous prépare le repas. Après ce repas, nous n’arrêtons pas de zieuter les restes de repas laissés par les autres touristes. Le serveur a vu nos têtes désespérées et nous a proposé un peu de rab d’un plat. Sur le parking du restaurant, on remarque que notre chauffeur vient d’enlever sa combinaison (on sait tous maintenant ce que ça veut dire !).

Autant nous avions prévu de l’eau au cas où l’agence aurait vu juste en quantité, finalement c’est dans des petits gâteaux que nous aurions du investir. Sommes-nous trop gourmands ?

Prochaine destination : Sol de Mañana. Un spot qui promet ! Les geysers de Tatio du côté chilien m’avaient beaucoup plu ! Quand la nature est mouvante et changeante, c’est juste incroyable ! Des petites bulles, de la fumée, des auréoles de teintes bleutées et rosées se sont formées sur le sol. Tout ça peut nous distraire alors qu’à deux pas seulement, il y a des bassins de boue brûlants. Aucune sécurité n’est présente sur le site et franchement un jour (si cela ne s’est pas déjà produit) il pourrait y avoir un accident. Ce n’est pas très optimiste de penser ça, certes, mais les personnes qui sont continuellement à la recherche de la meilleure photo ou encore du meilleur selfie vont oublier leur propre sécurité. Bon sinon à part ça, le paysage est complètement dingue ! Les geysers du Tatio au Chili sont également superbes, n’empêche que l’ambiance et les couleurs sont complètement différentes.

Geysers Sol De Mañana En Bolivie Dans Le Sud Lipez, Un Spectacle Géothérmique

Vous voyez comme nous ce dégradé de couleur ?

On reprend la route. Devant nous défilent d’incroyables paysages aux lagunes complètement déjantées. Vous avez pu constater sur nos photos de la neige, qui jusqu’à présent, n’avait pas gênée le bon déroulement du tour. Notre guide nous indique que la route est enneigée, mais qu’il est peut-être possible de passer… On voit devant nous trois jeeps, l’une d’entre elles, s’est totalement  embourbée ! Ça semblait pourtant évident qu’il y avait trop de neige, même pour une jeep. C’est limite à se demander si le conducteur n’a pas fait exprès. Bref, conscience professionnelle ou bien solidarité dans un désert où personne d’autre ne pourra l’aider on se retrouve à deux jeeps et une quinzaine de touristes en train de déblayer la neige, pousser et tenter n’importe quoi.

En fait, en soit ça peut arriver de rester coincé dans la neige, je le conçois. Ce que j’ai trouvé complètement absurde, c’est que les mecs avaient deux pauvres pelles et une corde digne d’une corde à linge pour tirer la voiture. Ils n’avaient clairement pas de quoi se dégager en cas de problème.

Vous me direz, mais c’est la Bolivie ! Oui certes ! Sincèrement avec tous les flux de touristes pourquoi n’ont-ils pas tous une radio pour communiquer avec le parc et les autres véhicules ? Un vrai équipement en cas d’immobilisation de véhicule ? Ils se mettent en danger eux et tous les touristes qui passent par ici chaque année… Lors de ce regroupement imprévu, nous avons échangé avec les autres voyageurs. On apprend que deux personnes d’un groupe sont malades à cause de l’altitude, ils veulent absolument descendre. Évidemment, les autres ont envie de continuer l’excursion. Du coup, ils n’ont pas pu s’arranger le soir même, car les autres jeeps de la même compagnie n’étaient pas dans le coin. Pas de plan B mis en œuvre si des voyageurs sont malades. On a aussi rencontré 2 voyageurs qui étaient seuls avec leur chauffeur (j’imagine qu’ils ont dû payer plutôt cher pour ça). Ils étaient les derniers à partir d’un site et la voiture ne démarrait plus. Ils sont restés pendant des heures à essayer de bricoler la jeep avant de finalement y arriver. Si le chauffeur n’avait pas réussi, ils n’avaient aucun moyen de communication et auraient dû passer la nuit (glaciale) dans la jeep.

Bref, tout ça pour dire que nous n’avons pas pu voir la laguna Colorada. Les routes étaient impraticables, une fois les jeeps sorties d’affaire, chacune des voitures se dirige vers l’hébergement prévu.

3ème jour : direction l’Italie, la laguna negra et le canyon anaconda

Ça, c’est du programme ! Saviez-vous qu’en Bolivie existe une Italie perdue et que des chameaux y vivent ? L’Italia perdida (Italie perdue) est en fait une zone dont le paysage est formé d’un ensemble rocheux. Une roche ressemble vaguement à un chameau. Les plus courageux se faufilent entre les rochers pour prendre un peu de hauteur. Ce n’est pas pour moi, la grimpette, ça me donne le vertige. Séance photo !

Tim Au Sommet Des Roches Dans Une Zone De Bolivie Qu'on Appelle Italia Perdida

Yeaaaah, I did it !

Notre second arrêt de la journée, c’est la Laguna Vinto. Ma lagune préférée parmi toutes celles que nous avons pu voir. Le vent siffle légèrement dans nos oreilles, les lamas s’en fichent pas mal, ils broutent paisiblement au bord de la lagune (oui ils n’arrêtent pas de manger !), les flamants roses se nourrissent de leurs petites crevettes roses et sans oublier les touffes d’herbes qui nous rappellent les magic trolls. Nous ne savions plus où donner de la tête, la nature est si belle, si brute.  Voilà de quoi avoir le smile toute la journée.

Des Lamas Broutent Près De La Laguna Vinto En Bolivie Dans Le Sud Lipez

Des Formations étranges Près De La Laguna Vinto Dans Le Sud Lipez En Bolivie

On se sent chanceux, nous pensons que l’aventure n’est pas encore terminée et on se demande bien ce qu’il nous attend par la suite. On se dirige vers la Laguna Negra. La lagune noire, dit comme ça, perso ça ne me faisait pas rêver. En arrivant sur place, on découvre un environnement humide avec nos animaux boliviens adorés (lamas et viscaches) et des roches allant du rouge à l’orange. Des formations rocheuses aux courbes lisses entourent cette lagune. Le contraste est remarquable, le vent s’essouffle quelques minutes et nous donne l’occasion d’admirer cette beauté avec un reflet. Grosse surprise et gros coup de cœur pour ce spot.

C’est l’un des seuls endroits où l’on marche un chouia en faisant une boucle. Se dégourdir les jambes non loin des lamas, moi je dis OUI !

Cécilia Pose Devant La Laguna Negra Dans Le Sud Lipez En Bolivie

Ce reflet-là, c’est juste magique les copains !

Un Lama Solitaire Près De La Laguna Negra Dans Le Parc Eduardo Avaroa En Bolivie

Un Bébé Lama Adorable En Bolivie

Le lama élu le plus mignon de la Bolivie

Arrêt suivant : le canyon de l’anaconda. Bon, je ne sais pas pourquoi, mais cet endroit ne fait pas partie de mes favoris. Ah oui, je me rappelle maintenant, la hauteur peut-être !

Le Canyon De L Anaconda En Bolivie, Une Riviere Serpente Au Fond

Toutes ces courbes ! C’est dingue !

On se retrouve seuls ou presque à chaque spot. Ce qui fait vraiment plaisir après la foule aux geysers et à la laguna Verde. Notre guide nous rapporte que ce midi, c’est pique-nique en face d’un cours d’eau où se trouvent régulièrement des flamants roses. Génial ! On arrive, mais les flamants, bien qu’encore très loin s’en vont. Bye, bye ! Alors, déjeuner dehors c’est peut-être une fausse bonne idée. C’est-à-dire que, quand il n’y a pas de vent, tout va bien. Par contre, si le vent décide de s’en mêler, que le sol est constitué de gravier et de sable et qu’il n’y a rien pour s’abriter…  Il faut aimer manger très croustillants !

La Pause Pique Nique Arrière De La Jeep Pendant Le Tour Organisé à Uyuni En Bolivie

Crudités et galettes aux légumes

L’après-midi sera ponctuée de quelques arrêts photo et d’une ou deux crevaisons de pneu. Sincèrement au bout du deuxième jour déjà nous ne comptions plus le nombre de fois où notre chauffeur a dû faire des réparations. Sans mauvais jeu de mots, le pauvre est bien crevé. Tous les jours, il prépare les repas, nettoie la voiture, enfile sa blouse bleue, conduit sur des pistes, veille à que tout se passe bien et papote avec nous. Je vois bien qu’il aimerait juste dormir. Sachant qu’il revient tout juste d’une excursion et qu’il  enchaîne une autre. C’est de la folie ! On se dit que la cuisinière, c’est aussi important pour aider et soutenir le conducteur.

Un Emeu Aussi Appelé ñandu En Bolivie Près De Tupiza

Émeu rencontré sur la route

Pause bien méritée au village de Julaca. Village qui voyait autrefois passer des trains pour l’acheminement de minéraux entre le Chili et la Bolivie. C’est la première fois que nous croisons un une petite épicerie, on peut y trouver des bières. On passe notre tour, les prix sont vraiment excessifs au regard du coût de la vie en Bolivie, même si, on conçoit que l’acheminement soit compliqué, c’est exagéré. En plus la consommation d’alcool ajouté à de la fatigue, n’est pas vraiment l’idée du siècle à cette altitude. Cet arrêt est dans tous les cas idéal pour s’étirer les jambes et lever nos fesses du siège. Ah oui, il y aussi un lama qui se balade dans le village, ce qui n’est pas négligeable haha. Nous sommes à deux pas du Salar d’Uyuni, la fin de cette aventure va bientôt arriver.

4ème jour : une journée salée

La veille nous avons passé une excellente soirée, à manger au chaud, dans un hôtel de sel. Ah oui, tout le monde parle de la nuit dans « l’hôtel de sel » comme s’il était unique, mais sachez qu’il doit y en avoir une bonne douzaine éparpillée autour du désert de sel. Le repas était copieux, nous avons dormi comme des bébés avec notre sac de couchage et nos 3 couvertures. Avec tout ça, promis tu ne bouges plus de ton lit ! Aujourd’hui, c’est le final, le dénouement de toute cette aventure. On se lève à 4h du mat pour être sûr d’arriver au point de vue de l’île Incahuasi avant que le soleil ne fasse son apparition. Par contre on s’est tous gelés en attendant que le soleil se lève, même bien équipés, on était complètement glacés. Une petite cinquantaine de touristes se faufilent sur le sentier et entre les cactus pour immortaliser chaque seconde du lever de soleil sur le désert. On réalise que nous étions bien chanceux les premiers jours de n’avoir rencontré quasiment personne et qu’heureusement nous sommes arrivés avant la haute saison touristique.  Chuuut ! Le soleil se lève. L’expérience est incroyable et le moment est magique !

île Incahuasi, île De Inca En Plein Milieu Du Salar De Uyuni En Bolivie

Une expérience inoubliable

Ensuite on déjeune sur l’une des tables en sel entre le « parking » et l’île. Petit-déj au top, avec un gâteau au yaourt fait maison. Ce qui nous attend par la suite, c’est un arrêt dans le désert d’Uyuni pour une grosse pause photo. D’ailleurs, on a écrit un article pour vous donner des conseils et de l’inspiration pour réaliser vos photos marrantes sur le Salar d’Uyuni. Nous ferons un arrêt dans un petit marché qui vend des produits dérivés du sel, l’aventure touche à sa fin. Il nous manque le fameux arrêt de l’ancienne gare, le fameux « cimetière de trains » situé en périphérie du village d’Uyuni. Sincèrement, on trouve la situation assez grotesque. On observe une petite centaine de touristes en train de monter et de grimper sur le patrimoine industriel bolivien pour essayer d’avoir à tout prix une photo instagrammable.

On se demande aussi si c’est vraiment un cimetière ou une décharge tant il y a de déchets partout autour (oui j’y vais peut-être un peu fort). Je n’ai vraiment pas apprécié la visite. J’imagine que le site retrouve le calme en dehors des arrêts des groupes et que la beauté des lieux opère… Dommage.

De notre côté on décide de revenir à Tupiza avec notre guide pour rejoindre la région des vins en Bolivie : Tarija.

Notre budget pour visiter Uyuni et le Sud Lipez depuis Tupiza

Combien ça coûte concrètement de faire le tour de 4 jours / 3 nuits depuis Tupiza ? Sachez que ça inclut, le service du chauffeur et son véhicule, la restauration (petit déjeuner, déjeuner, encas et dîner) et les nuits en auberge. Retrouvez en détail les coûts d’une incroyable aventure :

  • 1100bob (bolivianos) par personne le tour de 4 jours depuis Tupiza (5 touristes au total, sans cuisinière) soit 139€. Il faut compter 1300bob par personne si vous êtes 4 touristes.
  • 150bob par personne pour accéder au parc Eduardo Avaroa (obligatoire) soit 19€
  • 15bob par personne l’accès au village fantôme de San Antonia de Lipez soit 1,90€
  • 30bob par personne pour l’entrée de l’île Incahuasi soit 3,80€ (optionnel)
  • 6bob par personne pour se baigner aux thermes soit un peu moins de 1€ (optionnel)
  • 10bob pour se doucher lorsque c’est possible avec de l’eau chaude (optionnel)
  • 1-2bob en général par utilisation des toilettes des auberges du midi (optionnel, mais parfois nécessaire :))
  • Pourboire pour le conducteur (et la cuisinière lorsqu’il y en a une) à discrétion

Pourquoi partir depuis Tupiza ?

On a rencontré plein de voyageurs qui disaient que c’était mieux depuis tel ou tel village, mais comment peuvent-ils dire ça sans avoir testé les différentes options ? Il est difficile de comparer deux choses alors qu’on en connaît qu’une, n’est-ce pas ? Enfin, c’est ce que nous pensons. Nous en parlons plus en détail dans notre guide, peut-être que cela vous aidera à choisir la solution qui VOUS convient.

Notre avis sur l’agence Natural Adventure

Vous avez pu constater que nous avons eu de nombreuses crevaisons sur la route. On peut admettre que cela puisse arriver à cause des cailloux sur les pistes, cependant dans notre situation, les pneus étaient clairement lisses (aussi lisse que la paume de ma main). Nous en avons discuté avec notre guide, il nous a dit qu’il n’est pas le propriétaire du véhicule et qu’il prend ce qu’on lui prête. La jeep appartient à un propriétaire ne travaillant pas directement avec l’agence a priori. Peu importe à qui appartient le véhicule, j’estime que l’agence a la responsabilité du bon fonctionnement de la voiture et de son équipement. Ça m’a un peu mis en rogne le premier jour, quand j’ai vu l’état des pneus. Malgré les différentes crevaisons, nous avons pu faire le tour sans problème, quelques retards, mais rien de bien méchant. Notre conducteur a fait preuve de sang-froid et il s’avère être un mécano hors pair. Il a TOUT fait pour que le circuit se passe bien pour nous et que nous puissions profiter du paysage. Son secret : sa blouse de schtroumpf et une bonne entente avec ses collègues chauffeurs. Et surtout partir avant eux. Ils peuvent en cas de coup dur, donner un coup de main. En bref, ne vous fiez pas seulement à notre témoignage, l’idée est de vous raconter en détail cette excursion pour vous montrer que tout est possible. Peu importe l’agence que vous choisissez.

 

Vous n’allez peut-être pas me croire, mais c’est finalement les paysages avec les montagnes et les lagunes qui m’ont le plus plu. Attention je ne veux pas dire que le désert est moche ! Il est au contraire magnifique, le lever de soleil est une belle expérience. Néanmoins, si je parle de « beauté », j’ai beaucoup plus été fascinée par les montagnes et ses petits animaux que par le Salar d’Uyuni où finalement il n’y a rien, hormis de petites hordes de touristes. Bien sûr la beauté et tout ça, c’est subjectif !

Épingler sur Pinterest :

Récits Et Beaucoup D'aventures à Uyuni

Itinéraire Sud Lipez Et Uyuni En Bolivie

Les Incontournables Du Tour Sud Lipez Et Uyuni

Uyuni : quand le mot aventure prend tout son sens
5 (100%) 1 vote

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *