Entre oliviers et vignobles, notre volontariat en viticulture


Plateforme de volontariat : Workaway
Durée du volontariat : 3 semaines
Période du volontariat : 26 septembre au 17 octobre 2016

 Présentation du lieu

On vous présente la Finca « La Morera » de Luis et Nora. Une finca, c’est l’équivalent de ce qu’on appelle domaine en France. Luis est charpentier de profession, mais il a décidé de reprendre une finca, il y a maintenant une dizaine d’années. Au départ, les oliviers étaient l’élément essentiel de la finca et une dizaine d’employés travaillaient aux côtés de Luis. Cependant, un hiver, 9 dixièmes des arbres ont gelé. Il s’est vu alors obligé de réduire sa production et réduire la finca à une taille un peu plus modeste. Aujourd’hui, l’équipe se constitue de Luis, se consacrant uniquement à la finca, sa femme, sa fille et parfois les volontaires qui l’aident régulièrement.

La finca La Morera produit du vin biologique, des olives, de l’huile d’olive et des jus de fruits (mirabelle et raisin). L’entreprise familiale vend également des jeunes arbres fruitiers comme des mirabelliers et des légumes (maïs, betterave, courge, carotte entre autres). Pour leur propre consommation, ils disposent d’un potager et d’une serre. On y retrouve des tomates, des choux, des salades, des blettes, des poivrons, des fèves, des oignons, ou encore des plantes aromatiques.  L’été (fin décembre, janvier et février) est très sec et les températures peuvent atteindre les 40°C. Il y a peu de précipitations pendant plusieurs mois. En hiver, les températures restent normalement assez douces. Tout ce topo sur la météo, pour arriver au fait que les fincas des alentours se partagent l’eau à tour de rôle via un ingénieux système de canaux. L’eau des montagnes est une ressource précieuse et coulent entre les nombreux canaux de la région. En conséquence, un roulement a été mis en place pour accorder à chaque exploitation le fait de détourner l’eau pour leurs plantations. Les exploitations sont munies de canaux autour des plantations et les propriétaires procèdent à leurs ouvertures quand elles sont autorisées. Ça pouvait être donc de 3h à 7h du matin un dimanche, comme de 23h à 3h du matin le lundi. Dans notre cas, l’ouverture des canaux permettaient de laisser passer l’eau entre les différentes rangées de vignes et d’oliviers.

Situation géographique

Province : Mendoza

La finca se trouve à Colonia Santa Elena, la ville de San Rafael est située à 30 km .

Comment y accéder ?

Depuis Mendoza, il y a des bus qui mènent jusque la ville de San Rafael. Ensuite, il y a un bus qui permet de se rendre jusqu’à la Colonia Santa Elena. Il faut ensuite s’arrêter à l’arrêt près du poste de police et de la seule station essence du village. Luis était venu nous chercher depuis cet arrêt.

Quelles ont été les activités réalisées ?

Cela dépend de la saison et des projets en cours, mais voici un aperçu des activités que nous avons pu réaliser.

  • Attacher les vignes : chaque branche des vignes devait être attachée le long des fils de fer. Les tempêtes sont courantes et le vent peut souffler très fort. Le poids des grappes de raisins fragilisent les branches et peuvent les solliciter de façon excessive. Cela a été une tâche quasi quotidienne.
  • Arrosage des plantations : les plantes situées dans la serre, les parcelles de potager à l’extérieurs ou encore les grandes rangées du champ à l’aide du tracteur.
  • Plantations : labourage des terres avec le tracteur, création des buttes de cultures, plantation des graines dans le potager et dans les rangées de champs
  • Désherbage entre certains plants
  • Rempotage des arbres fruitiers
  • Participation à l’élaboration des jus de mirabelles : de la cuisson jusqu’à l’embouteillage
  • Etiquetage des bouteilles d’huile d’olive : nous découpions les étiquettes et les collions de façon minutieuse sur les bouteilles
  • Nettoyage des bouteilles de vin de seconde main en vue d’un futur remplissage. Il s’agissait d’enlever les quelques petit dépôts et de repérer les défauts des bouteilles. La bouteille passait par trois bacs d’eau différents, l’un d’acide citrique et d’eau et les deux autres d’eau.
  • Nettoyage et égouttage des olives : les olives restent durant une période dans des bacs remplies d’eau. Nous enlevons le dépôt qui se forme, nettoyons les olives et les remettons dans un bac d’eau propre.

Comment se déroule une journée de travail ?

Généralement, nous commencions autour de 9h, puis nous déjeunions vers 12h30. L’idée était de se lever le plus tôt possible pour profiter de la fraîcheur des matinées. Ensuite, une sieste était de rigueur jusqu’à 15/16 heures en fonction de la météo. Nous terminions autour de 18h30-19h parfois un peu plus tôt et parfois un peu plus tard. Cela variait beaucoup selon la météo et les activités à réaliser. Nous avions le samedi après-midi et le dimanche libres. Nous avions la possibilité de décaler nos jours libres, si nous souhaitions visiter les alentours.

Wwoofing volontariat San Rafael Mendoza Argentine viticole vigne tim tracteur pose

 Quels sont les échanges avec l’hôte ?

Très nombreux ! Luis, c’est quelqu’un qui aime bien parler, surtout de politique, ça l’enchante même. En vue des actualités récurrentes sur ce thème, il a pu nous partager ses impressions. Nous avons aussi beaucoup débattus sur les origines des crêpes, des pancakes, des spécialités culinaires argentines avec beaucoup d’humour. Il y avait une très bonne ambiance, et on s’en souvient encore, le vendredi c’était pizza et bières. Luis, ce qu’il aimait aussi partager avec les volontaires, c’était son vin. Nous avions la possibilité de nous servir du vin à chaque repas. Salud ! Nous avons passé les deux premières semaines en compagnie de Luis et Naivi (la fille de Luis). Nora était en déplacement dû à ses occupations associatives. Naivi m’a appris à manier le crochet et à faire une petite peluche tortue 🙂 Quelle chance d’avoir eu une professeure avec autant de patience haha.

Wwoofing volontariat San Rafael Mendoza Argentine viticole vigne vin finca morera

Combien y a-t-il de volontaires ?

Lors de notre volontariat, nous étions trois français. Flo, était arrivé quelques jours avant et nous sommes repartis tous ensemble le même jour. Il semblerait qu’ils ont l’habitude de recevoir 2-3 volontaires à la fois.

Comment découvrir les environs ?

Le site principal des alentours est le Cañon del Atuel. Nous souhaitions y aller et au final, la météo, les asados prévus nous ont amené à rester à la finca durant nos temps libres. Néanmoins, cela est tout à fait faisable. Il suffisait de prendre un bus pour rejoindre la gare routière de San Rafael, puis d’emprunter un bus qui mène à deux pas du Cañon et de son camping. Nous avons découvert à deux pas de la finca, une prodigieuse potière bien sympa, ces poteries sont magnifiques. Nos photographies ne sont pas top, alors voici le lien de son site, si vous êtes curieux.

Quelles sont les conditions d’hébergement ?

Nous occupions une des chambres de la maison plutôt spartiate (un matelas à même le sol). Ensuite, nous partagions les espaces communs : salle de bain, cuisine, salle à manger…

Comment se passent les repas ?

Nous déjeunions et dinions ensemble. En générale, Naivi se chargeait de réaliser le déjeuner  parfois à l’aide d’un des volontaires ou de son père. On a pu tester pour la première fois l’asado d’intérieur (à la cheminée), Luis était l’Asador. L’autre spécialité de la famille : pizza maison. Chaque repas était accompagné d’un ou deux verres de vin biologique de la finca, on a de la chance, c’est un vin qui nous a bien plu. Nous avons pu tester la recette des empanadas de la région de Mendoza. Leur particularité, est d’y mettre des olives, et une sauce tomate aux saveurs sucrés. Le matin, nous prenions notre petit-déjeuner quasiment tous ensemble autour de 8h.

Wwoofing volontariat San Rafael Mendoza Argentine viticole vigne cuisine finca

Y a-t-il internet ?

Oui. La maison est équipée d’une connexion internet avec des câbles filaires. L’un étant utilisé parle pc de Nora, un autre par le pc fixe du salon, et le troisième était dans notre chambre. Tim a installé un logiciel permettant de partager la connexion internet via l’ordinateur portable de Nora. L’ordinateur pouvait alors servir d’antenne wifi. Grâce à ça, aujourd’hui les téléphones des volontaires peuvent se connecter à ce réseau. Bien pratique pour utiliser Whatsapp, Skype, etc.

Qu’est-ce qu’on en pense ?

Le point fort de cette expérience

Un super accueil, une bonne ambiance et beaucoup de rires. Luis savait nous faire rire et nous taquiner alors que sa femme n’était pas dans le coin. Les deux premières semaines de ce volontariat sont passées très vite. Ce qui nous a également bien plus, c’est la variété des tâches. Les journées n’étaient jamais identiques. On a pu en apprendre un peu plus concernant l’exploitation viticole mais aussi l’agriculture biologique. On s’est vite attaché aux animaux de la maison, Toto et Kaila, des chiens très attachants.

Le point faible de cette expérience

Cela peut sembler bizarre mais, le gros point noir (et le mot est juste) sont les paquitas. C’est quoi les paquitas ? Ca ressemble à des petites mouches tout à fait normales et vulnérables. Sauf que, les paquitas sont nombreuses et veulent à tout prix vous piquer. Elles vous font une sorte de mini suçon, un point rouge se forme sous la peau. Pour certains, au début ça ne gratte pas, tandis que pour d’autres ça démange immédiatement ou te démange jusqu’à te réveiller dans la nuit… On laisse à peine les mains découvertes qu’elles nous attaquent sur chaque doigt. Il y a des journées où les températures avoisinaient les 28°et nous étions pourtant couverts de la tête aux pieds. T-shirt à manches longues, pantalon, chaussettes longues, chapeau, gants de travail, foulard ou écharpe, pantalon dans les chaussettes… bref, on avait chaud et une super allure ! Nous adorions les jours de vent, plus frais ou de petites pluies… malheureusement, c’était plutôt rare. En plein cagnard dans les vignes, ces piqûres nous ont plus qu’une fois irrité le moral. D’autant plus, que les paquitas adorent le sang frais des volontaires haha.

En bref

Nous étions désireux d’en savoir un peu plus sur la viticulture, c’est donc chose faite. Néanmoins, participer à l’accrochage des branches des vignes, n’aura pas été l’activité la plus sympa que nous ayons faite parmi nos expériences de volontariats. Vous l’aurez compris, les paquitas, ne nous ont pas rendu la tâche facile… Ravis d’avoir fait la connaissance de cette petite famille argentine.

 Contact

Si vous souhaitez contacter l’hôte de ce Wwoofing, passez par la plateforme du site, il s’agit de l’hôte 302. Voici le lien

Wwoofing volontariat San Rafael Mendoza Argentine viticole vigne toto le chien

Vous êtes sur un article concernant l’une de nos expériences en tant que volontaires. L’idée est d’éclairer les voyageurs qui souhaitent s’investir dans le volontariat : Comment ça se passe ? Quelles sont les activités que l’on peut être amenés à réaliser ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les réels échanges ? Combien y a-t-il de volontaires ? Est-il difficile de visiter les environs le week-end ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées avant de débuter cette aventure. Nous passons par les sites de Workaway, Wwoofing ou par le bouche à oreille pour prendre contact avec nos hôtes. Bien sûr, notre avis nous est propre ainsi que nos diverses expériences passées chez nos hôtes. Le vôtre sera sûrement différent. Vous pouvez retrouver nos autres expériences de volontariat en Amérique du Sud dans la rubrique du même nom 🙂

Volontariat dans la viticulture a Mendoza en Argentine Pinterest
Entre oliviers et vignobles, notre volontariat en viticulture
4.8 (95.56%) 9 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *