Guide pratique pour voyager en Indonésie


Vous planifiez un séjour en Indonésie ? Plus particulièrement à Java, Bali ou les îles Gili ? Découvrez notre « Guide pratique pour voyager en Indonésie ». Visiter ce pays a été l’occasion de vivre notre premier voyage ensemble de l’autre côté de la planète, il était donc tout à fait naturel de se poser des tonnes de questions côté pratique. Quel logement peut-on trouver sur place ? Que faut-il prendre avec soi ? Faut-il un visa pour l’Indonésie ? Peut-on laver son linge facilement ? Quels souvenirs d’Indonésie puis-je rapporter en France ? Ayant (seulement !) voyagé 3 semaines dans ce vaste pays, nous abordons quelques informations essentielles à savoir pour voyager en Indonésie.

Quelles sont les formalités administratives pour aller en Indonésie ?

 

Séjour inférieur à 30 jours

Si vous comptez voyager en Indonésie sur une durée inférieure à 30 jours, il vous suffira d’être munis d’un passeport valide plus de 6 mois après votre date de retour. Les règles sont les mêmes pour les Français, les Belges, les Canadiens et les Suisses.

Il n’est donc pas nécessaire d’obtenir un visa, vous devrez seulement passer par l’un des points d’accès du pays habilité à délivrer l’exemption du visa. Ils sont nombreux, aéroports, ports et frontières terrestres compris, téléchargez la liste complète. Attention ! Si vous changez d’avis sur place et souhaitez prolonger votre séjour sur le territoire, c’est impossible (une exemption de visa ne se prolonge pas). La seule solution sera de sortir et rentrer à nouveau en Indonésie.

Séjour supérieur à 30 jours en Indonésie

Les voyageurs qui souhaitent rester plus de 30 jours sur le territoire Indonésien, devront un minimum s’organiser. Vous avez trois options, certaines plus contraignantes que d’autres.

1 – Obtenir un visa prolongeable (60 jours au total) à votre arrivée en Indonésie.

Vous êtes en voyage à moyen ou long terme, voire en tour du monde ? Vous avez bien l’intention de rester plus de 30 jours pour découvrir les multiples facettes de l’Indonésie. Vous arrivez très prochainement en Indonésie, voici l’une des solutions possibles pour prolonger votre séjour en Indonésie.

Le visa coûte $35 (en 2018), il vous permettra de rester 30 jours dans le pays et de le renouveler lors de votre séjour. Lors de votre arrivée en Indonésie, avant le passage à l’immigration, demandez où se trouve le guichet pour vous procurer le visa payant (prévoir des dollars ou bien l’appoint exact en euro). Vous devrez également être muni de votre billet de retour ou encore d’une preuve de sortie du territoire.

Ensuite, vous pourrez faire la demande de prolongation de 30 jours supplémentaires de votre visa. Il vous faudra être patient, c’est après avoir passé 23 jours minimum sur le territoire indonésien, que l’on peut procéder à la prolongation de son visa. Vous avez deux solutions, soit le faire vous-même soit passer par une agence.

Par soi-même

Il faudra vous rendre 3 fois au bureau de l’immigration. La première fois consiste à compléter un formulaire, fournir son passeport et présenter son billet de transport prouvant sa sortie du territoire. Le bureau d’immigration vous donne rendez-vous en général 3 jours ouvrés plus tard. Le second passage consiste notamment au paiement, soit d’une valeur de 21 €. On vous prendra également en photo (frais possibles) et vos empreintes digitales. Vous pouvez également ramener une photo d’identité, à condition de la réaliser avec les consignes dictées par le bureau d’immigration (fond rouge…). Enfin, votre troisième visite qui a lieu 2 à 3 jours ouvrés plus tard permet de récupérer votre passeport contenant la prolongation de votre visa. Le coût total est de $35 + 21€ soit autour de 51€.

Avec une agence

Il faut compter entre 40 et 45 €. Vous déposez tout d’abord votre passeport chez l’agence et procédez au paiement du service. Ensuite, vous avez un rendez-vous dans les trois – quatre jours qui suivent au bureau de l’immigration. Enfin, quelques jours plus tard, l’agence vous convoque pour récupérer votre passeport disposant la prolongation de votre visa. Le coût total est de $35 + 42.5 € (prix moyen agence) soit autour de 72€.

Vous devrez dans tous les cas passer par un des bureaux de migrations présents en Indonésie. Voir la liste des bureaux d’immigrations.

2 – Obtenir un visa (60 jours maximum) avant votre départ en Indonésie

D’ici 3 mois, vous êtes sûr de vous rendre en Indonésie ? Vous disposez d’un peu de temps avant votre départ depuis votre pays d’origine (France, Canada, Belgique et Suisse) ?

Le coût de ce visa non renouvelable est de 55 € (paiement par carte bancaire). On peut se procurer ce visa en allant directement à l’ambassade (Paris ou Marseille en France) ou encore en passant par une agence. Ce visa qui permet de s’abstenir de réaliser diverses démarches lors de votre séjour en Indonésie. La démarche prend, dans tous les cas, en moyenne 1 semaine. Vous devrez fournir les documents suivants :

  • Votre passeport
  • La photocopie de la première page de votre passeport
  • Ce formulaire préalablement rempli par vos soins
  • Une photo d’identité
  • Une photocopie de votre billet aller/retour (ou une preuve que vous allez quitter le territoire)
  • Une photocopie d’un justificatif de domicile datant de moins de trois mois
  • Une photocopie de vos relevés de compte bancaire prouvant que vous avez perçu au moins 1 500 € par mois sur les 3 derniers mois
  • Une photocopie de vos trois derniers bulletins de paie

3 – Séjour supérieur à 60 jours en Indonésie.

Il n’est actuellement pas possible de rester plus de 60 jours consécutifs avec un visa touriste. Néanmoins, il vous reste deux derniers recours pour continuer à séjourner dans le pays.

  • “Visa Run”, il s’agit de sortir du pays pour ensuite revenir. Il existe plusieurs vols low-cost en Indonésie qui vous permettront de sortir du territoire. Direction la Malaisie (Kuala Lumpur, 2h depuis Bali)  ou encore Singapour. À votre retour en Indonésie, soit vous optez pour l’exemption de visa (gratuit) soit un nouveau visa prolongeable. Aucune durée minimum entre deux séjours en Indonésie n’est demandée. Vous partez aujourd’hui et revenez demain !
  • Effectuer un changement de visa. Vous passez votre visa tourisme à un visa socioculturel. Cette option marche seulement si vous avez réalisé votre visa avant votre départ en Indonésie (voir au-dessus “Obtenir un visa (60 jours maximum) avant votre départ en Indonésie”). Vous devrez obligatoirement passer par une agence (voir les prix directement sur place avec l’agence), afin d’obtenir une invitation, un sponsor et une lettre de motivation. Ensuite, rendez-vous au bureau de l’immigration pour réaliser une photo et laisser vos empreintes digitales. Quelques jours plus tard, vous posséderez votre passeport muni du visa de prolongation. Vous pourrez prolonger plusieurs fois ce visa jusqu’à 180 jours maximum . Chaque prolongation à un coût de 42 €.
Être dans une situation irrégulière coûte très cher en Indonésie !

Chaque jour après l’expiration du visa vous coûtera une amende de 300 000 rupiahs (soit près de $30 par jour de dépassement !) jusqu’aux 60 premiers jours. Ensuite, l’amende maximale est de 500 millions de rupiahs (soit 31 700 € !!! rien que ça)…

Coordonnées des Ambassades et consulats

France

Ambassade à Paris
7 Rue Cortambert, 75116 Paris
01 45 03 07 60
Ouvert du Lundi au vendredi de 09h30 à 12h30
Site internet de l’ambassade d’Indonésie en France

Consulat à Marseille
25, boulevard Carmagnole, 13008 Marseille.
04 91 23 01 60

Suisse
1, Elfenauweg, 3006 Berne
031 352 09 83 ou 85.

Belgique
Avenue Tervueren, 294, Bruxelles 1150
02 771 20 14
Antenne
38, boulevard de la Woluwe, Bruxelles 2100
32 2 779 09 15

Canada
55 Parkdale Avenue, Ottawa, Ontario K1Y-1E5
(613) 724 1100

Sites utiles

L’Ambassade de l’Indonésie en France (très pratique!)
L’ambassade de France en Indonésie

Quelle est la situation actuelle de Bali ?

Bali a dernièrement subi plusieurs importants séismes et éruptions volcaniques et nous n’oublions pas les attentats de Jakarta survenus début 2016. Si vous êtes à la recherche d’informations actuelles et sûres de la situation en Indonésie, rendez-vous sur le site de l’Ambassade de France.

Quelle est la meilleure saison pour partir en Indonésie ?

Les conditions météorologiques déterminent en partie votre date de départ. La meilleure saison pour se rendre en Indonésie est la saison sèche. C’est à dire de mai à octobre ! Néanmoins, le pays étant si vaste avec ses milliers d’îles, il vaut mieux vérifier le climat par rapport à vos dates précises et vos lieux présumés de séjour.

La fréquentation touristique peut être aussi un point déterminant pour prévoir votre date de départ en Indonésie. Il vaut mieux éviter au maximum juillet et août, qui sont les mois où l’Indonésie est plus fréquentée (surtout Bali, Lombok et les îles Gili). Nous y sommes allés en septembre et certains endroits étaient encore bien remplis. On n’ose pas imaginer Ubud ou les îles Gili en pleine saison…

Il faut aussi prendre en compte les vacances scolaires, les jours fériés (ex: fête nationale le 17 août) et les événements religieux des différentes îles (Ramadan, l’anniversaire du Bouddha…) qui sont propres à chaque culture. Le week-end est aussi facteur de fréquentation plus importante par la population locale sur les sites incontournables (Mont Bromo, Borobudur, Prambanan, Kawah Ijen…).

L’autre avantage (non négligeable) de se rendre en Indonésie hors-saison pour les voyageurs aux budgets serrés est de pouvoir trouver plus facilement des hébergements moins chers à Bali et à Java. Étant donné que les logements ne sont pas très occupés, une réduction sera plus facilement accordée. J’attire néanmoins votre attention qu’au sud de Bali, sur la péninsule de Bukit, on trouve moins facilement d’hébergement à prix raisonnable. Les tarifs sont souvent plus élevés, cela s’explique par une fréquentation régulière de touristes (les surfeurs australiens notamment !).

Comment aller en Indonésie ?

Il est possible d’acheter un billet d’avion depuis la majorité des villes françaises (Paris, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Rennes, Toulouse et Strasbourg). Aucune excuse pour ne plus partir ! (ahah) Il y aura bien souvent 1 escale.

Lorsque nous sommes partis en Indonésie en 2015 depuis Paris, nous avons réussi à trouver une offre très intéressante. Le billet aller/retour était à 490€ par personne. La durée du vol était de 16 heures, avec une escale de 2 heures à Doha. En effectuant une recherche rapide il y a quelques jours (en 2018), il semble y avoir des offres encore plus intéressantes que celle que nous avions eu. Si vous voulez comparer les pris des différentes compagnies et trouver la période à laquelle partir pour trouver une super promo, je vous conseille de regarder sur Momondo !

Nous avions réservé en mai pour partir en septembre avec Qatar Airways. En général, cela revient moins cher d’opter pour un vol avec escale depuis la France, jusqu’à l’un des principaux aéroports internationaux de l’Indonésie (Jakarta à Java ou Denpasar à Bali). Ensuite, on opte pour un vol domestique.

Comment se déplacer en Indonésie ?

Il existe une diversité impressionnante de transports en Indonésie. Le fast-boat, le ferry, le scooter, le bémo, le bus, le bus touristique, le train (Java), le taxi, la moto-taxi, l’avion, un véhicule avec chauffeur, etc. L’Indonésie étant un archipel de plus de 18 000 îles et îlots, vous serez certainement amenés à tester plusieurs de ces moyens de transport. Cela à été le cas pour nous et nous voulions vous en parler en quelques lignes.

  • Le bémo, c’est en réalité un minibus qui fait le lien, le plus souvent, entre des communes et marque des arrêts fréquents. C’est LE transport local par excellence. Nous étions prêts à utiliser ce mode de transport lors de notre aventure, et notamment à Bali. Malheureusement, nous n’y sommes pas parvenus. Il y a très peu indications, horaires et plans sur place. Ne parlant pas l’indonésien, il était très compliqué d’obtenir des informations.
  • Le bus touristique est le transport à privilégier si on dispose de peu de temps sur place et lorsqu’on recherche la simplicité. De manière générale, ces véhicules sont des voitures types “navette” pouvant accueillir jusqu’à 12 personnes. Il faut contacter une agence (très nombreuses sur notre itinéraire) qui procède à ce type de service. Le confort varie beaucoup d’un véhicule à l’autre et la conduite du chauffeur aussi. Avec nous, ils étaient souvent trèèèèès pressés !
  • Le ferry, c’est le moyen par excellence pour relier les îles Indonésiennes. Fiable et économique. Nous l’avions emprunté pour rejoindre Bali depuis Java. En réalité, nous étions dans le bus et nous ne devions pas quitter le véhicule lors de la traversée. Celle-ci dure 45 minutes, mais nous avions l’impression qu’elle a duré des heures, la chaleur était intense dans le bus !
  • Le fast-boat (bateau rapide) est l’offre de transport maritime pour éviter de longs trajets en ferry. Souvent plus cher que le ferry, il fait en revanche économiser plusieurs heures. Enfin en théorie… Sachez qu’il n’est pas rare que le bateau tombe subitement en panne et vous fasse prendre plusieurs heures de retard. De ce fait, évitez de prévoir une correspondance serrée après vos trajets. Évitez également de vous mettre à l’arrière. Le bruit des moteurs est assourdissant…
  • Le train est uniquement présent sur l’île de Java. Les trains disposent généralement de 3 classes de confort : la classe “economy”, la classe “business” et la classe “executive”. Lors de notre voyage Jakarta -> Yogyakarta, nous avions acheté des billets pour la classe “executive”. Le trajet dure 8 heures, donc on s’est dit qu’il fallait mieux investir pour avoir un peu plus de confort. Plutôt une bonne idée ! Par contre, choisir les sièges juste en face des télévisions… mauvaise idée ! À part ça, il y avait des accoudoirs, des sièges inclinables, un petit plaid… À savoir aussi, nous étions frigorifiés à cause de la climatisation. Prévoyez donc de quoi vous couvrir (oui oui !) et quelque chose à grignoter. On vous parle en détail de notre expérience en train via cet article (lien)
  • Le scooter est le moyen de transport offrant le plus de liberté ! Nous avons adoré louer un scooter pour visiter le nord de Bali. La location à la journée est autour de 45 000 – 50 000 rupiahs par jour (sans frais d’essence). On vous dit plus bas comment louer un scooter un Bali et si c’est dangereux. En revanche, ne prévoyez pas de trop longs trajets en scooter, ça peut-être fatigant pour le conducteur et vous n’appréciez pas autant.
  • La moto-taxi (appelé ojek) est une solution de mobilité rapide. Tout comme les loueurs de scooters, vous en trouverez très facilement (si ce ne sont pas eux qui vous interpellent toutes les 5 min). Pour les plus connectés d’entre vous, vous pouvez utiliser l’application Go-jek, la version Uber Indonésienne. C’est l’as du transport de marchandises et de personnes.
  • Le véhicule avec un chauffeur est l’un des moyens de transport que nous avons le plus utilisés à Bali. Une véritable alternative économique au guide avec chauffeur. Certes le chauffeur n’apporte aucun commentaire sur les sites visités, mais c’est une autre façon de communiquer et nouer quelques liens avec des locaux. Nous avons eu une incroyable expérience avec notre chauffeur Putu, donc je ne saurais que vous recommander ce mode de transport. Je dirais que c’est l’idéal pour de longs trajets et plein d’arrêts prévus sur la route. Les routes peuvent tout de même être assez sinueuses et parfois en très mauvais état. C’était très agréable de ne pas se préoccuper des aléas et de ne pas ressentir la fatigue due à la conduite. Nous avions plus ou moins une idée des sites que nous voulions voir dans la journée et notre chauffeur nous a également conseillés sur certains spots. Il faut compter entre 300 000 et 350 000 rupiahs pour une journée de 8 heures.
  • Le taxi est aussi roi en Indonésie. Nous n’avons eu qu’une seule expérience et nous n’avons pas du tout apprécié. Nous avons un peu tout fait pour éviter de faire appel à un taxi. Les chauffeurs nous “interpellant” toutes les cinq secondes dans la rue, pendant notre séjour à Bali, nous avions encore moins envie de solliciter leurs services. Il y a également la compagnie Bluebird qui est censée être sérieuse et sécuritaire… Mais certains chauffeurs ne se lassent pas de manigancer entre eux et arnaquer les touristes.
  • L’avion est la solution de transport vous évitant des heures parfois longues de trajet. De nombreux vols sont disponibles, même au sein d’une île ! Pensez à jeter un oeil avant et pendant votre séjour afin de visualiser les trajets possibles et les prix. Au dernier moment, vous pourrez parfois trouver de super promos ! Prenez également en compte que les transports aériens indonésiens ne sont pas reconnus pour leur brillance niveau sécurité, n’hésitez pas à consulter la liste noire des compagnies aériennes insérer un lien de comparatif.
  • Le Becak (il s’agit du tuk tuk indonésien), on les rencontre notamment sur l’île de Java. Un moyen de visiter la ville… Ce sont des locaux qui vous conduisent. Sympa, même si on culpabilise vite d’être si lourd… La pollution et le trafic sont parfois très denses, il vaut mieux éviter les heures de pointe.becak indonésien

Et la marche ? Marcher aux bords de la route sur des courts et longs trajets n’est pas toujours une très bonne idée. La priorité pour les piétons n’existe pas vraiment et les trottoirs non plus. Du coup, avec les motos et les voitures roulant le plus souvent de façon excessive sur les petites routes, le piéton peut vite se retrouver en danger. Résultat : dangereux et désagréable pour le marcheur.

Comment louer un scooter à Bali ?

Pour louer un scooter en toute légalité, il faut vous munir d’un permis international.

Vous trouverez facilement des scooters dans les villes. Ils sont tous garés dans la rue et plein d’affiches indiquent leurs locations. À Ubud par exemple, il y a un large choix de scooter sur la rue « Jalan Monkey Forest », la rue qui mène à la forêt des singes.

Mais avant de vous renseigner auprès des petites agences de location de scooter, renseignez-vous auprès de votre hébergement. À chaque fois que nous étions dans un homestay, on pouvait s’arranger pour louer un scooter. Pour vous, ça sera plus simple de le rendre directement au logement et vous pourrez également négocier un prix plus intéressant.

Dans les villages : no problem. Votre hébergement vous organisera la location, il y aura toujours quelqu’un de la famille ou un voisin qui aura un scooter sous le coude.

Est-ce que c’est dangereux de conduire à Bali en scooter ?

Oui et non. Sachez que conduire représente forcément un risque. C’est à vous de juger si vous êtes prêt à conduire à Bali.

Non, si vous êtes déjà habitué à conduire un scooter. L’expérience sera plus plaisante et moins risquée. Néanmoins, prenez en compte que dans les villes (comme Ubud ou aux abords de Kuta) il y a beaucoup de circulation et c’est un peu plus dangereux. Ça part un peu dans tous les sens, nous sommes loin des conditions de circulation française. Par ailleurs, un chauffeur nous a dit qu’au nord de Bali, les Balinais sont un peu moins prudents et qu’ils avaient tendance à rouler un peu plus vite (vers Lovina beach notamment) car il y a peu de policiers.

Nous avions loué un scooter à Amed est c’est très tranquille. Il n’y a pratiquement qu’une seule route, donc pas moyen de se tromper. Sur la péninsule de Bukit autour d’Uluwatu, le scooter se fait bien aussi et les routes sont en très bon état.

Si vous n’avez pas l’habitude d’utiliser un scooter, je vous conseille tout d’abord d’observer la conduite des Balinais. Puis, préférez réaliser de petits trajets et commencez par des petites routes tranquilles. Vous vous sentirez également plus à l’aise de conduire dans les petits villages que dans les villes.

On vous déconseille de louer un scooter, si vous comptez faire de longs trajets sans trop vous arrêter. Les routes sont parfois sinueuses et les moins fréquentées sont dans un moins bon état. Ce qui ralentit votre trajet. Si vous venez de débarquer, il vaut mieux attendre quelques jours pour observer et comprendre la conduite des Balinais et surtout l’usage du klaxon. Sachez qu’avec des bagages, de type sac à dos vous pouvez rapidement être déséquilibrés.

Si vous n’êtes pas rassurés, ne le faites pas … on a vu un couple de voyageurs qui s’étaient blessés à cause d’une chute en scooter, ils étaient bien amochés. Ça peut vite transformer de super vacances en vacances bien pourries.

Attention, il y a souvent des animaux (poules, chiens) sur les routes, il faut toujours être très vigilant.

Santé et sécurité en Indonésie

Santé

Le paludisme est présent en Indonésie (mais pas à Bali paraît-il). On retrouve aussi la dengue, le chikungunya, l’encéphalite japonaise… Les moustiques vous attendent les bras ouverts ! Les répulsifs à moustiques et les vêtements longs et clairs sont des moyens de protection indispensables.

Avant votre départ, pensez à demander un rendez-vous chez votre médecin traitant. Il pourra vous conseiller et réaliser les ordonnances en conséquence. Pensez à emmener votre carnet de santé, pour vérifier vos vaccins. Anticipez cette rencontre, les vaccins et les traitements peuvent être en rupture de stock dans certaines pharmacies. Retrouvez notre trousse à pharmacie et notre de secours.

L’eau n’est pas potable. Il faut boire de l’eau qui a été préalablement bouillie, utiliser des pastilles purifiantes ou encore utiliser un filtre !

Sécurité

Nous ne nous sommes pas sentis spécialement en situation d’insécurité à Java, Bali et sur les îles Gili. Il faut bien sûr faire preuve de bon sens, montrer qu’on ai sûr de soi tout en restant polie.Vous aurez sûrement à faire face à des tentatives d’arnaques.

Pensez à bien prendre en considération que l’Indonésie, c’est une variété de cultures, une abondance de croyances et bien évidemment une multiplicité de peuple. Préparez-vous et essayez d’agir en conséquence (le bikini, impossibilité de manger pendant les périodes de ramadan par exemple). Vous serez plus discrets et vous éviterez certainement des incompréhensions de la part des Indonésiens.

Y a-t-il des pharmacies à Bali ?

Oui. Par contre, nous n’en avons pas beaucoup vu. À Ubud par exemple, il y en avait deux. Autour d’Amed, nous n’en avons pas vu une seule et dans les autres petits villages non plus. Lorsque nous avons cherché de la biafine et de la crème solaire à Amed, nous sommes allés dans une épicerie qui vendait des crèmes pour la peau à l’aloe vera (c’est excellent pour la peau) pour un prix exorbitant : 8€. Peut-être que vous pourrez trouver les fondamentaux (antidouleurs, anti-inflammatoires) dans les supermarkets.

Donc, pour les médicaments il vaut mieux prendre une trousse de secours assez confortables pour éviter de chercher. Encore une fois, votre médecin devrait pouvoir vous conseiller sur les médicaments à emporter.

Quelles sont les arnaques à éviter ?

Les vacances ne sont pas toujours roses ! Il est courant en Indonésie – en Asie de façon générale – d’être sollicité et de faire l’objet de nombreuses arnaques.

Soyez au courant des arnaques qui sévissent, c’est un bon moyen pour éviter de passer de mauvais moments et des inquiétudes. On vous parle de notre expérience au temple Besakih et vous pourrez lire de nombreux témoignages sur le net des arnaques du moment. Nous avons beaucoup lu à propos des arnaques au niveau des bureaux de change où les agents “oublient” de donner certains billets ou simplement appliquent un taux de change complètement bidon.

Comment avoir internet en Indonésie ?

En Indonésie, nous avons opté pour la solution de la carte Sim prépayée. Ces cartes SIM s’achètent facilement en villes dans les boutiques de téléphones. Il ne faut pas hésiter à ouvrir puis insérer la carte Sim dans votre téléphone devant le vendeur pour vérifier que tout fonctionne bien. Il s’agissait de l’opérateur TelkomSel qui propose une carte prépayée à 100 000 IDR (un peu moins de 7€). Cette carte s’appelle « Simpati » et permet de téléphoner / envoyer des messages et avoir 10Go de data. C’était largement suffisant pour chercher quelques informations de temps en temps et utiliser WhatsApp. Nous étions assez bluffés par la qualité du réseau 3G ! On captait parfois mieux internet en plein milieu d’un sentier balinais qu’en banlieue parisienne. Pour éviter d’utiliser trop rapidement notre carte prépayée, nous avons aussi pas mal utilisé les réseaux Wifi par-ci par-là.

Où dormir en Indonésie ?

En Indonésie on retrouve une très grande variété d’hébergements. Les offres sont bon marché en rapport à la qualité des services rendus (surtout à Bali). Les voyageurs aux budgets serrés trouveront même de quoi se loger sans forcément avoir besoin de partager leurs chambres.

  • Les “Homestay”. Pour vous donner une idée, c’est entre séjourner à l’hôtel pour le côté confort et être chez l’habitant pour la proximité avec les locaux. C’est généralement une petite structure à côté de la maison principale des propriétaires. Nous disposions d’une chambre confortable avec un ou deux meubles, une salle de bain aux standards européens (douche avec eau chaude + lavabo + wc classiques) et le plus souvent avec une petite terrasse. C’était largement suffisant en terme de confort et beaucoup plus intimiste. Le petit-déj est offert avec la chambre, le tout servi à notre petite terrasse personnelle ou bien collective avec 3-4 autres clients en plus. Ils s’agissaient d’établissements familiaux légèrement excentrés (5 à 15 minutes max !). La chambre double coûtait entre 150 000 et 250 000 rupiah tout dépend de la destination, de la proximité avec le centre, s’il y a une piscine ou encore si le petit-déj est bien inclus.
  • On retrouve également des hôtels offrant des services basiques. On vous propose une chambre avec un ventilateur parfois même avec une moustiquaire et une salle de bain privée. Le confort reste sommaire, mais suffisant pour faire une étape rapide vers notre prochaine destination.
  • Les auberges de jeunesse. Il en existe assez peu ! Les hébergements abordables abondent déjà. C’est à Yogyakarta, notre premier hébergement du voyage, que nous avions opté pour cette solution.
  • Nous avons aussi testé les bungalows/ les villas. Petit logement atypique et charmant, offrant les services habituels de l’hôtellerie avec un confort certain. Nous avions testé ce type d’hébergement sur les îles Gili. Une expérience inoubliable lors de notre séjour. Souvent prisé pendant la haute saison touristique et même jusqu’en septembre, nous avions rencontré sur place (avec nos sacs à dos) quelques difficultés à trouver l’hébergement idéal à un prix raisonnable.

3 astuces pour s’héberger en Indonésie

Réserver les hébergements de vos rêves via Internet

Vous êtes nombreux à voyager ? Vous avez des besoins précis ? Vous souhaitez une chambre avec vue sur les rizières ? Vous n’avez tout simplement pas envie de chercher sur place ? Il existe plusieurs outils pour comparer l’offre sur internet, Booking est probablement l’un des plus complets. Vous trouverez aussi des tonnes d’offres sur Airbnb pour loger sur Bali (Ubud et le sud de l’île) ou encore sur l’île de Java (spots touristiques)

Trouver la perle rare sur place

Vous ne voulez pas réserver à l’avance, mais vous n’avez pas non plus envie de perdre trop de temps ? Vous pouvez jeter un oeil aux comparateurs d’hébergements la veille ou le jour même pour voir les tarifs et les disponibilités d’hébergements. Vous notez les adresses et les tarifs et hop, c’est parti pour tenter de trouver une chambre. Soyez prêts à négocier. Attention tout de même, certains n’acceptent pas les voyageurs sans réservation .

Devenez le roi de la négociation

Vous voilà dans le hall de l’hébergement sans réservation. Négocier est important si vous ne voulez pas vous faire plumer, il ne faut pas avoir peur. Sachez qu’il arrive que les réceptionnistes vous montrent la grille tarifaire des chambres. On pense alors que ce sont les “véritables” prix. Faux ! Les prix peuvent être “gonflés” ou sont ceux de la haute saison.

Qu’est-ce qu’on mange en Indonésie ?

Nous avons adoré les petits plats préparés dans la rue. Que ce soit à Java, Bali ou Gili, nous n’avons jamais été déçus de la gastronomie indonésienne. Certes, il y a du riz dans presque tous les plats, mais celui-ci est toujours accompagné d’une sauce mégabonne ou assaisonné comme il faut. Des tonnes d’options pour les végétariens ! Nous avons mangé dehors aux warungs ou encore dans des petits restaurants familiaux. Nous ne sommes jamais tombés malades. C’est délicieux et le plus souvent très copieux. En ce qui concerne les restaurants touristiques, c’est généralement l’arnaque. Des plats qui n’ont rien à voir avec la gastronomie locale, des quantités ridicules et un prix bien supérieur à ce qu’on trouve habituellement dans la rue. Peut-être n’avons pas eu de chance, mais voilà notre ressenti.

Concrètement, qu’est-ce qu’on mange en Indonésie ? On vous en parle de façon détaillée et vous dit même combien ça coûte sur cet article consacré aux spécialités indonésiennes.

Visiter l’Indonésie en trois semaines, quel itinéraire choisir ?

Nous pouvez retrouver notre itinéraire de trois semaines sur les îles de Java, Bali et Gili. Pour préparer votre séjour, vous pouvez lire nos impressions et nos conseils pratiques sur chacun des articles dédiés à l’Indonésie.

Nous tentons de répondre dans la mesure du possible à vos questions. N’hésitez pas à nous les poser en commentaire. On se fera un plaisir d’y répondre et de rendre plus exhaustif ce guide.

Qu’est-ce qui vous a le plus plu lors de votre voyage ?

C’était notre premier voyage, en couple, aussi loin. Nous cherchions le dépaysement et nous n’avons pas été déçus, surtout à Java. Les habitants nous ont vraiment surpris, ils n’hésitent pas à aller vers nous. J’ai beaucoup aimé ces moments d’échanges sincères où nous avions l’impression que les habitants étaient curieux. Ils étaient parfois très à l’aise pour essayer d’en savoir plus sur nous. De véritables échanges que nous ne sommes pas prêts d’oublier !

Si on parle des sites et des paysages que nous avons le plus aimés, je vous laisse découvrir notre top 10 des paysages à Java et Bali et notre top 3 des lieux culturels et spirituels de Bali.

Qu’est-ce qui vous a le moins plu lors de votre voyage ?

  • Nous avons à la fois adoré et détesté Ubud. C’était tellement touristique et occidentalisé, nous ne nous attendions peut-être pas à ça. Néanmoins dès que l’on sort du centre de la ville, on trouve de magnifiques paysages et rapidement la culture balinaise.
  • Les sollicitations intempestives étaient assez lourdes aussi. Bon, je crois que personne n’aime ça. Taxi ? Taxiiiiiii ??? Taxiiiii ? Lady, taxi ?
  • La saleté… cela peut paraître choquant de voir autant de détritus dans la nature…
  • L’extrême Sud de Bali, les spots de surfeur, les bars/pubs et restaurants sur la plage ce n’est pas notre tasse de thé. Nous avions la sensation de voir plus de touristes que d’habitants…
  • L’organisation indonésienne nous a quand même mis parfois à rude épreuve. Il faut être patient et garder son calme… Inspirez, expirez, inspirez…

Faut-il ramener un adaptateur électrique ?

Non pour Java et Bali. Aucun souci de ce côté, par contre, les prises se font rares dans les chambres. Si vous avez plus d’un appareil électrique à recharger, il vaut mieux emporter une petite multiprise ou bien un adaptateur offrant plusieurs ports USB. On peut ainsi charger 1 appareil avec une prise « normale » et 2 appareils en USB (prouvé et adopté !). Il suffit d’avoir deux téléphones et un appareil photo pour être rapidement limité par le nombre des prises disponibles dans les chambres.

Quelles plages me conseilles-tu pour Bali ?

Si vous êtes surfeur, nous ne sommes pas des pro. Néanmoins, nous avons constaté que les spots de surf de Bali se situent dans le sud, vers la péninsule de Bukit. Padang Padang Beach, Blue Point Beach, Dreamland Beach, Uluwatu, etc.

Par contre, si c’est pour de la baignade tranquille avec une belle plage, la réponse est la suivante : n’allez pas à Bali pour les plages. Il y a des plages avec des bonnes grosses vagues et c’est top pour le surf, sinon ce sont de belles plages de sable noir avec peu de vagues (dans le nord de Bali), mais le sol sera jonché de coraux morts (aïe aïe ! Merci la pêche à la dynamite …) et des coraux dans la mer. Il y a quelques plages où il n’y a pas de coraux et où les vagues sont moins intenses, mais ce n’est pas l’idéal si vous y allez avec des enfants. On pense notamment à la plage de Pasir Putih. C’est une plage assez touristique, mais c’est l’une des rares plages de sable blanc à l’est de Bali. Donc en gros, les rares plages qui se prêtent à la baignade risquent d’être surpeuplées en haute saison.

Si vous cherchez à faire du Snorkeling en revanche, l’est de Bali est un véritable paradis pour les débutants et les nouveaux amateurs de cette pratique.

Est-ce que vous avez vu des singes de près ?

Oui à Bali, il est facile d’observer les macaques crabiers (1 seule race sur l’île de Bali) à plusieurs endroits :

  • A Ubud, à la Monkey Forest : la forêt sacrée des singes.
  • Au temple Uluwatu : le long de la côte pour atteindre le temple, il y a des petits singes voleurs, surveillez bien vos affaires, au temple Uluwatu comme à Ubud d’ailleurs.
  • Le long de la route quand vous voyez une dame qui vend des bananes, par exemple, près des lacs jumeaux Buyan et Tamblingan (nord de l’île).
  • À Java, lorsque nous étions véhiculés, nous avons vu quelques singes de différentes espèces dans la jungle pour se rendre au Kawah Ijen.

Comment se passent les échanges avec les habitants ?

N’étant pas encore des experts du voyage à l’étranger, nous avons trouvé qu’il était très facile de voyager en Indonésie. Les personnes qui travaillent dans le secteur du tourisme parlent plutôt aisément en anglais malgré parfois un accent un peu compliqué (mais pas pire que nous haha). Les habitants avec lesquels nous avons pu discuter hors du circuit “tourisme” connaissent parfois deux-trois mots en anglais “money, chicken , rice” enfin voilà :). Ensuite vient notre imagination, les gestes, notre mini dictionnaire pour pratiquer l’Indonésien et pour les plus connectés, Google Translate 😉

Néanmoins, ils sont très ouverts et ils vont s’efforcer de vous aider à trouver ce que vous cherchez. Ils n’hésitent pas à rendre service.

Que faut-il absolument mettre dans son sac à dos ?

Si comme nous vous allez sur des volcans (le Mont Bromo et le volcan Kawah Ijen par exemple), une polaire et un coupe-vent sont nécessaires.

Si vous comptez faire des balades dans les rizières, pensez à prendre des vêtements légers et de couleurs claires, mais qui couvrent la peau (même pour les pieds). C’est frustrant pour le bronzage, mais les moustiques passeront plus facilement leur chemin. Une paire de baskets légères me paraît incontournable. Encore plus si vous souhaitez louer un scooter. Retrouvez le contenu de notre sac à dos pour notre voyage de 3 semaines en Indonésie.

Est-il facile de laver son linge en Indonésie ?

Oui pour Java, Bali et les îles Gili.

Pour l’île de Java, nous n’avons pas sollicité ce type de service, mais nous avons vu que certains hébergements le proposaient. Ça nous semble donc plutôt faisable. À Bali, vous trouverez très facilement des laveries soit en libre-service, soit gérées par du personnel. Le mieux sera de demander à votre hébergement quelle est la laverie la plus proche. Votre hébergement (guesthouse ou hôtel) peut également vous proposer de faire laver votre linge en interne ou bien via une laverie.

Lorsque nous avons fait appel aux services d’une laverie sur Ubud, les délais étaient très courts. Nous avons déposé notre sac de linge à 18h et le lendemain à 16h c’était fait : lavé, séché et même repassé ! Le grand luxe ! Le linge était nickel. Les prix sont très attractifs puisqu’un kilo de linge vous coûtera moins d’un euro.

Donc ça ne vaut peut-être pas la peine de vous embêter à laver à la main ni de ramener beaucoup de vêtements avec vous.

Quel guide de voyage choisir pour l’Indonésie ?

Lorsque nous sommes allés en Indonésie, nous avions avec nous le guide Lonely Planet de l’Indonésie. On a trouvé que c’était assez complet, on a presque toujours trouvé les informations que l’on cherchait. Evidemment, comme dans tous les guides, les tarifs ne sont pas toujours d’actualité, mais c’est une bonne base pour voyager.

Vous pouvez acheter le guide Lonely Planet de l’Indonésie sur Amazon. A noter qu’une version spéciale Bali et Lombok est aussi disponible.

Les blogs de voyage qui parle de l’Indonésie

Partager sur Pinterest :

guide-indonésie

guide-bali-lombok-indonesie

Organiser Voyage Indonesie

guide-indonesie-voyage-bali-vacance

Guide pratique pour voyager en Indonésie
4.7 (93.33%) 12 votes

Cet article vous a plu ? Un petit partage nous le fera savoir et nous encouragera à enrichir ce blog :)

Commentaires

  1. Merci pour tous vos conseils, vos photos, votre vécu etc…… Merci Cecilia et Tim vous êtes au TOP !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *